Cancer chez la personne âgée : vivre avec le cancer

Publié par Fondation ARC pour la recherche sur le Cancer le 11/03/2010 - 01h00
-A +A

À chaque malade, sa façon de vivre son cancer. Elle dépend bien sûr de la sévérité de la maladie, mais aussi et surtout du mode de vie, de l’isolement ou non de la personne âgée, de sa dépendance et de la distance des équipes médicales.

Pour ces patients, le rôle de l’entourage est encore plus important que pour les autres.

Vivre avec le cancer

Chaque personne vit une situation unique face au cancer.
Il faut gérer les premiers temps, juste après l’annonce du diagnostic, faire face à de nombreuses émotions puis à de profonds bouleversements dans sa vie quotidienne, dans les relations avec son conjoint, sa famille et son entourage. Il faut prendre des décisions, envisager l’avenir sous un nouveau jour, et ce n’est pas toujours évident.

Les médecins et équipes soignantes sont là pour en parler et envisager avec la personne âgée différentes solutions en fonction de ses besoins. Il existe par ailleurs de nombreuses associations, qui sont là pour soutenir les malades et leurs proches. La douleur, la fatigue, les effets secondaires des traitements mais aussi les répercussions psychologiques de la maladie ne doivent pas être négligés. Et c’est d’autant plus difficile que chez la personne âgée, la manifestation de la douleur ou de certains symptômes psychologiques n’est pas toujours facile à identifier.

Pour les seniors atteints d’un cancer, on cherche le plus souvent à favoriser l’hospitalisation à domicile, afin de ne pas provoquer une rupture trop importante dans la vie du malade. Après la phase initiale du traitement, il est donc nécessaire de s’interroger sur le retour à domicile pour qu’il s’effectue dans les meilleures conditions possibles. Des modifications au niveau de l’habitat mais aussi de l’organisation de la vie quotidienne doivent alors être envisagées.

D’après le ministère de la Santé, sur le plan fonctionnel, 17 à 22 % des patients âgés atteints d’un cancer sont dépendants pour au moins une des activités de la vie quotidienne. Ce sont donc particulièrement les personnes âgées « fragiles » (polypathologiques, très âgées, ayant des troubles des fonctions supérieures…) qui posent le plus de difficultés dans la prise en charge oncologique. L’isolement social est aussi un facteur très important. On sait ainsi d’après les chiffres de l’Insee que seulement une femme sur cinq âgées de plus de 75 ans vit en couple alors que c’est le cas pour deux tiers des hommes de cette tranche d’âge. Le faible niveau de ressources et l’isolement familial sont aussi à prendre en compte.

L’émergence de l’oncogériatrie en France depuis une dizaine d’années est un message d’espoir pour les malades les plus âgés. Cela signifie qu’ils vont pouvoir bénéficier d’une meilleure prise en charge, adaptée à leurs conditions physiques, psychologiques et sociales. Cela donne aussi un nouvel élan à la recherche oncologique qui jusque là avait tendance à laisser de côté les malades de plus de 75 ans.

Enfin, cela signifie que de plus en plus, ces patients là seront traités non pas en fonction uniquement de leur âge mais bien de leur maladie, et donc avec de plus grands espoirs en matière de guérison et de maintien de la qualité de vie.

La perception sociale du cancer chez la personne âgée.
Même si la population des sujets âgés est hétérogène, l'attitude générale envers elle a influencé le traitement des cancers. Malheureusement de nombreux spécialistes associent encore grand âge et pronostic médiocre, espérance de vie diminuée et moindre valeur sociale. C'est pourquoi les personnes âgées bénéficient d’une moins bonne surveillance des cancers, de moins d'investigations, de traitements moins agressifs, voire parfois d'aucun traitement.

D’après le ministère de la Santé, l'existence de limite supérieure d'âge dans les campagnes de dépistage du cancer concourt à semer le doute quant à l'intérêt d'un tel dépistage chez les personnes âgées, alors que cette limite est liée à une diminution de l’incidence et du rapport bénéfices risques du dépistage organisé. De leur côté, les patients âgés ont plus fréquemment l'idée que le cancer est incurable, ayant une mauvaise connaissance des progrès réalisés.

En savoir plus sur le cancer chez la personne âgée

Lire également dans ce guide :
Cancer chez la personne âgée
Cancer chez la personne âgée : la prévention et le dépistage
Cancer chez la personne âgée : le diagnostic
Cancer chez la personne âgée : les traitements
Cancer chez la personne âgée : jusqu’à quel moment traiter ?
Cancer chez la personne âgée : vers une meilleure prise en charge
Cancer chez la personne âgée : les soins de support
Cancer chez la personne âgée : vivre avec le cancer
Cancer chez la personne âgée : la recherche
Cancer chez la personne âgée : contacts utiles
Qu'est-ce que le cancer ?
Peut-on se protéger du cancer ?

Publié par Fondation ARC pour la recherche sur le Cancer le 11/03/2010 - 01h00
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Seniors: mieux vaut prévenir que tomber Mis à jour le 13/01/2004 - 00h00

Une nette diminution de la qualité de vie et des dépenses importantes en matière de soins de santé, telles sont les conséquences des chutes à un âge avancé. Sans compter qu'elles se soldent souvent par une fracture de la hanche.

Plus d'articles