Une vitamine contre la dépression ?

Publié par Nicolas Rousseau, diététicien nutritionniste le 19/08/2003 - 00h00
-A +A

Les moments de dépression seraient-ils favorisés par des carences en vitamine du groupe B ? C'est l'hypothèse d'une nouvelle étude sur l'acide folique ou vitamine B9.

PUB

Certaines personnes dépressives pourraient avoir des problèmes à métaboliser l'acide folique ou vitamine B9. Cette vitamine est abondante dans les végétaux à feuilles sombres (épinards, laitue…), mais aussi dans le jus d'orange, les Œufs, le foie, le pain complet ou, encore, dans les haricots secs.

Un acide aminé en cause

Des chercheurs norvégiens ont constaté que les individus ayant les taux les plus élevés d'homocystéine dans leur sang ou porteur d'une forme d'un gène impliqué dans le métabolisme de l'acide folique souffraient plus fréquemment de dépression.L'homocystéine, un acide aminé, est aujourd'hui au même titre que le cholestérol l'un des principaux ennemis de nos artères. Elle contribuerait, une fois en excès dans le sang, à favoriser l'apparition des maladies cardiovasculaires. Or, la meilleure protection contre l'homocystéine est… l'acide folique, qui participe à son élimination. En serait-il de même chez celles et ceux qui broient du noir ?On suspecte l'impact bénéfique de l'acide folique sur le cafard depuis que des suppléments en acide folique ont renforcé les effets de certains antidépresseurs. A ce jour, on n'avait toutefois pas encore abordé cette piste directement.

La déprime qui venait du froid ?

Des scientifiques de l'Université de Bergen ont prélevé des échantillons de sang de près de 6000 personnes âgées de 46 à 49 ans, suivies médicalement pour des problèmes avérés de dépression et d'anxiété. Ils ont constaté que les personnes avancant les taux sanguins d'homocystéine les plus élevés avaient deux fois plus de risques de sombrer dans la déprime que les personnes avec les taux d'homocystéine les plus bas. La dépression était également associée à la présence d'un polymorphisme (une sorte de mutation) d'un gène impliqué dans le métabolisme de l'acide folique. Le gène en question perturbé par la mutation ne peut alors plus assurer de manière efficace le métabolisme de la vitamine B9.Aucun effet n'était décelable cependant pour l'anxiété.

Publié par Nicolas Rousseau, diététicien nutritionniste le 19/08/2003 - 00h00 Bjelland I et al. Archives of General Psychiatry 2003 ;60 :618-626
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Plus d'articles