Sédentarité : deux semaines suffisent pour augmenter la graisse abdominale

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 22/09/2017 - 09h26
-A +A

L'impact négatif de la sédentarité sur notre santé n'est plus à démontrer. Saviez-vous qu'il suffit de quelques semaines sans sport pour que les modifications à notre corps soient mesurables ? La graisse abdominale, en particulier, augmente dès deux semaines d'inactivité.

PUB

Diminuer l'activité augmente la graisse abdominale

L'étude, suédoise, a été menée sur 10 hommes en bonne santé, actifs mais pas très sportifs : moins de deux heures de sport par semaine, mais plus de 6000 pas effectués par jour (le minimum conseillé est de 5000 pas). Elle a consisté à leur demander de diminuer leur activité physique pendant trois semaines. Le but ? Même si l'on sait grâce aux statistiques qu'une activité physique régulière fait diminuer le risque de nombreuses maladies, il n'avait pour l'instant pas été prouvé que la sédentarité avait un impact direct sur le fonctionnement du corps. Le résultat a été concluant. Au bout de deux semaines de sédentarité, les participants voyaient leur graisse viscérale, ou graisse abdominale (c'est-à-dire la graisse qui se dépose à l'intérieur de l'abdomen) avait augmenté de 7%. Or c'est la graisse viscérale qui augmente le risque de maladies cardio-vasculaires. Il ne faut pas la confondre avec la graisse sous-cutanée, celle qui se forme juste sous la peau et avant le muscle. Cette graisse-là, qui nous dérange souvent plus parce qu'elle est plus facile à repérer, n'avait pas augmenté en ces trois semaines. Les sujets de l'expérience n'étaient pas visiblement plus gros.
 

Trois semaines sans sport, ça ne change pas que le ventre

La graisse abdominale n'était pas le seul paramètre à évoluer au cours de ces trois semaines sans sport. Les scientifiques ont également mesuré la réaction des sujets à leur alimentation. Là encore, les résultats confirment les conseils donnés concernant l'activité physique : après trois semaines de sédentarité, le corps est moins sensible à l'insuline, l'hormone qui régule le taux de sucre dans le sang. Et la quantité de lipides dans le sang après un repas riche en graisses augmentait suite à la période d'inactivité physique.

Il ne faut donc pas espérer, parce que l'on a été actif dans le passé, que notre corps s'en souviendra longtemps. Quelques jours de sédentarité suffisent à produire un effet mesurable sur notre organisme. Cependant, rappelons aussi que l'activité physique des sujets de l'expérience était loin d'être énorme - moins de deux heures de sport par semaine. C'est à la portée de nous tous... Même les plus sédentaires ne sont qu'à un quart d'heure ou vingt minutes par jour d'une meilleure forme !

Initialement publié par Marion Garteiser, journaliste santé le 25/03/2008 - 00h00 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 22/09/2017 - 09h26

Olsen, RH et al., JAMA. 2008 Mar 19;299(11):1261-3. doi: 10.1001/jama.299.11.1259.

Notez cet article
PUB
A lire aussi
Le sport rend-il intelligent? Mis à jour le 23/12/2003 - 00h00

Le sport rendrait-il plus intelligent? Rien que par sa formulation, cette question mettra du baume au cŒur de tous ceux qui s'étaient habitués à devoir répondre à la suggestion inverse selon laquelle le sport rend plus bête!

Contre la cellulite, faites du sport ! Publié le 21/08/2015 - 16h24

La cellulite n'est pas seulement inesthétique et très répandue, elle est aussi particulièrement difficile à combattre. Le sport peut-il nous aider dans la lutte ?

Comment se débarrasser de sa graisse abdominale ? Publié le 09/03/2017 - 16h21

La graisse abdominale ou graisse viscérale, qui se trouve à l'intérieur de notre ventre entre les organes, est celle qui est le plus liée à la mortalité cardiovasculaire. C'est pour cela que nous conseillons régulièrement de surveiller votre tour de...

Contre les cancers, bougez-vous ! Mis à jour le 19/07/2005 - 00h00

La sédentarité ne pourvoit pas seulement les maladies cardiovasculaires et le diabète. Elle augmente aussi les risques de cancer. Pour preuve, l'activité physique réduit le nombre de tumeurs du sein et du côlon, dans des proportions non négligeables...

Plus d'articles