Hépatite C : Dépister et aider les victimes

Publié par Pierre Dewaele, journaliste médical et scientifique le 29/04/2002 - 00h00
-A +A

Depuis 1989, un test permettant de dépister l'hépatite C est disponible. Si la proposition du Sénateur Dallemagne est acceptée, un fond d'aide devrait permettre de venir en aide aux victimes.

PUB

Depuis quelques mois, l'hépatite C est devenue le sujet à la mode. Contrairement à l'hépatite B, l'hépatite C (qu'on appelait avant non-A-non-B) se transmet par le sang et pas par voie sexuelle.Ceci signifie que les personnes présentant la maladie ont été fréquemment contaminées soit dans le contexte de leur travail (dentiste, chirurgiens, infirmières,...), soit parce qu'ils ont recu une transfusion sanguine.

Maladie grave

Or, le test permettant de déceler la présence d'une contamination par le virus n'est disponible que depuis 1989. Nos autorités sanitaires ont mis une certaine lenteur à instaurer le test obligatoire. En conséquence, un certain nombre de personnes ont contracté la maladie. Et certains ignorent même en ce moment qu'ils l'ont. En effet, s'il est impossible de dire combien de personnes sont infectées aujourd'hui en Belgique (on parle de 1 % de la population générale), il est probable que les porteurs, qui s'ignorent, sont entre 50 et 70 % des gens qui ont été infectés. Pourquoi ? Les raisons sont multiples.Tout d'abord, l'hépatite C peut rester à l'état latent pendant de très nombreuses années. On ne développe aucun symptôme. Certaines personnes n'en développeront d'ailleurs jamais. Cependant, l'infection devient chronique pour 80 % des malades nouvellement contaminés. Et 10 à 20 % d'entre eux développeront une cirrhose chronique ; dans 1 à 5 % des cas, ceci évoluera vers un cancer du foie. La maladie est donc grave !

Responsabilité

La Belgique se serait-elle rendue coupable d'avoir transfusé du sang contaminé ? La question mérite d'être posée. Le Sénateur Dallemagne (PSC) a proposé d'organiser un fond d'aide et d'indemnisation aux victimes ayant contracté la maladie entre 1989 et 1990 mais aussi pour toutes les personnes malades et contaminées avant la mise au point du test. L'idée est de s'inscrire dans un programme de lutte contre l'hépatite C au niveau européen en favorisant la prévention, la détection des porteurs et leur prise en charge.

Publié par Pierre Dewaele, journaliste médical et scientifique le 29/04/2002 - 00h00 Auteur : Pierre Dewaele
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
2.500 transfusés infectés Mis à jour le 29/11/2001 - 00h00

Un mémoire vient d'être publié par le Dr Jean-Claude Osselaer, hématologue, chef du service de transfusion aux cliniques universitaires de Mont-Godinne. Il porte comme titre: "L'Hépatite C post-transfusionnelle et sa réparation en droit commun" et a...

Hépatite A, B ou C... C'est grave docteur ? Publié le 21/08/2017 - 12h34

La plupart des hépatites ou inflammations du foie, sont dues à des virus, d'où leur non d'hépatites virales . Hépatites A, B ou C , sont-elles toutes de gravité équivalente et comment se transmettent-elle ?

Offensive contre l'hépatite C Mis à jour le 18/05/2004 - 00h00

Le 23 mai prochain se tiendra la première Journée Nationale contre l'hépatite C. Cet événement entend mobiliser le grand public et le monde politique autour d'une maladie qui tue quatre fois plus que le sida.

Hépatite C : 30% des malades s'ignorent ! Publié le 16/03/2015 - 22h56

100.000 Belges sont touchés par l' hépatite C . Malheureusement, une grande partie d'entre eux ne se soigne pas parce qu'ils ignorent qu'ils sont porteurs du virus et constituent dès lors une source de contamination potentielle.

Plus d'articles