PUBLICITÉ

Ramadan et rythmes de sommeil

Publié par Adaptation Pierre Dewaele, journaliste médical et scientifique le 15/04/2002 - 00h00
-A +A

Le ramadan oblige tout musulman à jeûner du lever jusqu'au coucher du soleil. Ces changements du rythme de vie entraînent également des modifications dans le rythme du sommeil.

PUB

Le ramadan est un mois sacré chez les musulmans. Il correspond à la célébration du mois au cours duquel Allah commenca à révéler ses enseignements à Mahomet. Durant cette période, il est interdit de manger, de boire, de fumer et de respirer des parfums, entre le lever et le coucher du soleil. Le but de ce jeûne est d'échapper aux conditions matérielles de la vie humaine et de se rapprocher ainsi de Dieu. Peut-être l'esprit y parvient-il, mais le corps, lui, reste assujetti à des contingences très matérielles telles que le sommeil et l'alimentation. Ainsi, des médecins ont voulu savoir si les changements de rythme imposés par le ramadan avaient un effet sur le sommeil.

Rythmes modifiés

Huit jeunes hommes musulmans ont accepté de se prêter à l'expérience des chercheurs. Leur activité cérébrale a été enregistrée au cours de quatre séances de deux nuits consécutives : la première 15 jours avant le ramadan, puis au 11e jour de ramadan, au 25e jour et enfin 15 jours après la fin du jeûne.L'analyse des résultats a ainsi pu montrer que le temps d'endormissement s'est allongé en période de jeûne et que l'organisation des différentes phases du sommeil s'est modifiée. Le temps global de sommeil a diminué, mais de facon inégale : la proportion de sommeil non paradoxal a augmenté tandis que le temps de sommeil paradoxal (phase de sommeil durant laquelle on rêve) a, quant à lui, diminué.En même temps que ces modifications du sommeil, des perturbations du rythme jour-nuit (rythme circadien) de température ont également été observées. Il existe en effet, des variations cycliques de la température du corps au cours d'une journée, et celles-ci sont décalées de 2 à 3 heures pendant la période de jeûne. Une augmentation de la température corporelle a également été enregistrée la nuit ainsi qu'une diminution de l'amplitude de ces cycles (différence entre la température la plus élevée et la moins élevée). En bref, le jeûne modifie les rythmes physiologiques du sommeil et de la température, les deux étant liés.

Alimentaire !

Les chercheurs ont vérifié que la valeur énergétique de la nourriture ne changeait pas pendant la période de ramadan. Elle ne pouvait donc pas expliquer ces modifications du sommeil. Selon eux, l'inversion des rythmes alimentaires serait à l'origine des modifications observées. On ne peut cependant pas exclure que l'excitation apportée par la rupture du jeûne le soir venu ne facilite pas l'endormissement et contribue à ces décalages de rythmes. Autrement dit, l'ambiance plus festive le soir favorise un coucher plus tardif !

Publié par Adaptation Pierre Dewaele, journaliste médical et scientifique le 15/04/2002 - 00h00 Roky et coll. Sleep Research 2001; 10: 319-327.
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Travailleurs de nuit : n'oubliez pas les siestes ! Publié le 25/07/2014 - 15h56

Le travail de nuit est délétère. Notre organisme n'est pas programmé pour veiller la nuit et dormir la journée. D'ailleurs, de nombreux risques pour la santé sont accrus chez les travailleurs de nuit. Quelques conseils pour mieux vivre le rythme déca...

Travail de nuit et horaires variables : quels risques ? Publié le 10/04/2014 - 14h52

La durée hebdomadaire de travail a fortement diminué depuis la fin des années 1990. Mais les horaires atypiques se sont développés. Ainsi, le travail de nuit ou en deux équipes est plus fréquent, surtout chez les femmes. Outre des durées de transport...

A quoi sert le sommeil ? Mis à jour le 03/11/2015 - 11h50

Le sommeil est une fonction biologique essentielle. Un sommeil à la fois suffisant et de qualité est crucial, et encore plus à l’adolescence, période de vulnérabilité propice aux désynchronisations de l’horloge interne et donc à risque de manque de s...

Plus d'articles