PUBLICITÉ

Le vieillissement du cerveau des sportifs

Publié par Gilles Goetghebuer, avec l'aide du Dr. Christian Daulouède le 14/12/2009 - 00h00
-A +A

Rien ne vaut la pratique du sport pour prendre conscience du vieillissement. Et celui-ci ne concerne pas uniquement les performances du corps, mais aussi celles du cerveau. Une découverte récente montre que la myéline est particulièrement importante dans le mécanisme de vieillissement.

PUB

Sport et vieillissement: une question de neurones

Restons dans le domaine du tennis, sport qui est un bon exemple. Sauf situation exceptionnelle, la condition physique du joueur n'est pas le seul facteur de l'issue de la rencontre. Ce qui compte, c'est plutôt sa capacité à anticiper les coups et à choisir les bonnes stratégies. Voilà qui implique une maîtrise absolue de la commande nerveuse. Or on sait qu'en vieillissant nos neurones perdent un peu d'acuité, ce qui peut poser problème lorsqu'il s'agit de réaliser une demi-volée amortie croisée. A quel âge cela survient-il? Voici les résultats d'une expérience menée par le neurologue George Bartzokis (Université de Los Angeles). Il a réuni 72 hommes âgés de 23 à 80 ans et leur a fait passer un simple test: pendant dix secondes, il fallait tapoter avec l'index le plus grand nombre de fois sur une touche sensible. Ensuite, il comparait ces résultats aux images obtenues par scanner de la partie du cerveau qui commande précisément ce geste. Résultat: les performances à ce test sont directement liées à la myélinisation des nerfs.

Vieillissement: pour le sport, la clé est dans la myéline

Rappelons que la myéline désigne cette gaine très précieuse qui recouvre les nerfs et permet une circulation rapide de l'influx nerveux. Elle se constitue durant la vie embryonnaire et la petite enfance et est déterminante pour le développement des futures aptitudes motrices de la personne. Beaucoup de neurologues font de l'épaisseur de la couche de myéline un paramètre déterminant de la fulgurance sportive. Il faut comprendre qu'après la période intense de constitution au début de la vie, la myéline ne se régénère plus (ou très mal). L'influx nerveux perd alors en vitesse et en qualité. En comparant les résultats du test et la myélinisation du cerveau, le docteur Bartzokis est arrivé à la conclusion que nous serions à l'acmé de nos performances cérébrales vers 39 ans et ce n'est qu'ensuite qu'elles commenceraient à baisser doucement. Tandis que les autres zones du cerveau continuent de fonctionner parfaitement. Autrement dit, passé 40 ans, si on ne peut plus déborder son adversaire par la fulgurance de son coup droit, on peut toujours compter sur un bon et fidèle cerveau pour élaborer une tactique gagnante. Et c'est tout aussi amusant!

Publié par Gilles Goetghebuer, avec l'aide du Dr. Christian Daulouède le 14/12/2009 - 00h00

"Lifespan trajectory of myelin integrity and maximum motor speed" par G.Bartzokis et coll. Neurobiology of Aging, octobre 2008.

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Sclérose en plaques : achetez le chocolat belge ! Mis à jour le 17/09/2002 - 00h00

L'Opération Chococlef durera jusqu'à la fin du mois de septembre. Menée par la Ligue de la Sclérose en plaques, elle permettra de soutenir leurs actions. Il suffit pour y participer d'acheter les paquets Chococlef en vente dans différents commerces…...

Plus d'articles