PUBLICITÉ

Viagra® : bon bilan !

Publié par Dr Philippe Presles : Adaptation : Dr Philippe Burton le 03/12/2002 - 00h00
-A +A

Le célèbre Viagra®, dont l'arrivée sur le marché francais en 1998 a provoqué un fort battage médiatique, est le premier traitement par voie orale des troubles érectiles. Quatre ans plus tard, son efficacité est réévaluée.

PUB

Selon la dernière étude en date sur ce sujet, les troubles de l'érection touchaient 7% des hommes âgés de 18 à 29 ans et 18% des 50 à 59 ans. Cependant, près de la moitié des hommes présentent, entre 40 et 70 ans, un certain degré d'insuffisance érectile et 10% d'entre eux souffrent d'une impuissance complète.

Changement de décor

Le sildénafil, plus connu sous le nom de Viagra®, a complètement modifié le pronostic de l'insuffisance érectile chez l'homme. Afin d'évaluer l'efficacité de ce médicament, une équipe de chercheurs a rassemblé puis analysé l'ensemble des essais portant sur le Viagra®.Selon leurs conclusions, ce médicament s'avère clairement plus performant qu'un placebo pour permettre un rapport sexuel réussi : 57% versus 21% dans les groupes recevant un placebo. Les études réalisées chez les patients diabétiques démontrent que les chances de rapport sexuel réussi sont de 44% contre 16% avec un placebo. Chez l'homme dépressif, la proportion de réussites est de 58% versus 24% en cas de prise de placebo. En cas d'antécédent de prostatectomie totale (ablation de la prostate), les études rapportées sont plus rares, mais les chances de rapport sexuel réussi sont de l'ordre de 25% contre 3% sous placebo avec, en cas de traitement plus prolongé, des chances de succès pouvant aller jusqu'à 47% versus 14% lors de la prise d'un placebo.

Du côté des effets secondaires

Comme tous médicaments, le Viagra® peut provoquer des effets indésirables. Les plus fréquemment rapportés sont de type flush (12%, le visage devient rouge et on ressent une bouffée de chaleur), céphalées-migraines (11%), dyspepsie-digestion difficile et douloureuse (5%) et troubles visuels légers et temporaires (3%). Il n'est pas rapporté d'augmentation significative de complications sévères cardiovasculaires ou de décès chez les patients prenant du Viagra® comparé à un placebo.L'analyse de données cliniques récentes à même permis de rassurer quant aux éventuels effets secondaires cardiovasculaires du Viagra en démontrant une excellente tolérance même chez des patients cardiaques.Néanmoins, rappelons que le Viagra est contre-indiqué chez des patients cardiaques traités par dérivés nitrés (médicaments comportant de la trinitrine). Les spécialités pharmaceutiques commercialisées en Belgique et contenant ces dérivés nitrés sont :- Cedocard® - Deponit® - Diafusor® - Isordil® - Minitran® - Nitroderm® - Nitrodyl® - Nitrolingual® - Nysconitrine® - Persantin® - Promocard® - Trinipatch® - Willlong® Oubliez les tabous et rompez le silence et parlez en à votre médecin.

Le Viagra® a déjà permis d'apporter une réponse concrète à nombre de patients souffrant de cette pathologie. Ouvrez le dialogue !
Un nouveau médicament, fera bientôt son apparition en Belgique : le Cialis®, commercialisé par les laboratoires Eli Lilly. Ce médicament appartient à la même famille que le Viagra® mais agirait durant 24 heures.Restons, dès lors prudent, car les contre-indications seront les mêmes avec les patients consommant des médicaments renfermant de la trinitrine.
Publié par Dr Philippe Burton le 03/12/2002 - 00h00 Fink H.A et coll., Arch. Intern. Med., 162 :1349-60, 2002
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Plus d'articles