PUBLICITÉ

Vaginite : comment prévenir ?

Mise à jour par Dr Philippe Presles, adapté par C. De Kock, journaliste santé le 05/09/2007 - 00h00
-A +A

La vaginite revêt plusieurs formes, d'où l'importance de consulter un médecin avant d'entreprendre un traitement. Les infections les plus fréquentes sont dues à une bactérie ou à un champignon. Quelques précautions permettent de les prévenir et d'éviter les récidives.

PUB

Pertes blanches, parfois sanglantes, brûlures, démangeaisons, odeurs désagréables, rapports sexuels douloureux… les infections vaginales représentent le premier motif de consultation chez la femme adulte. Les formes les plus courantes sont la vaginite bactérienne et la vaginite à champignon. Un prélèvement des sécrétions vaginales permet de déterminer le germe en cause et d'instaurer un traitement efficace : application locale d'antimycosiques ou d'antibactériens (ovules gynécologiques) ou administration d'antibiotiques en cas d'infection à trichomonas ou à Cardnerella vaginalis.

Comment prévenir les affections vaginales ?

Le moyen le plus efficace pour prévenir la vaginite à trichomonas (maladie sexuellement transmissible) est le port du préservatif. Les spermicides, eux, n'ont pas d'effets prouvés, et peuvent même parfois causer des irritations.En cas de vaginites bactériennes ou à champignons qui tendent à récidiver, quelques précautions permettent de minimiser les risques :

  • Evitez les collants et les pantalons serrés, car ils créent une zone d'humidité propice à la prolifération des champignons.
  • Préférez les jupes, surtout en été.
  • Portez des sous-vêtements 100% coton.
  • Si vous ne pouvez pas vous en passer la nuit, changez de sous-vêtements pour dormir.
  • Ne portez pas trop longtemps un maillot de bain mouillé. Dès que possible, remettez des vêtements secs, après vous être soigneusement séchée.
  • Lavez vos sous-vêtements avec de l'eau de javel ou repassez-les à la vapeur afin de les débarrasser des champignons.
  • Aux toilettes, après les selles, essuyez-vous de l'avant vers l'arrière afin d'éviter la propagation des bactéries du rectum vers le vagin.
  • Adoptez une bonne hygiène intime, rincez et séchez soigneusement la région génitale. En revanche, évitez les douches vaginales régulières, car elles modifient l'équilibre naturel de la flore vaginale.
  • Evitez les bains, privilégiez les douches, et prenez toujours bien soin de vous sécher.
  • N'échangez pas les serviettes et laissez-les bien sécher entre chaque usage.
  • Evitez tout contact entre la muqueuse vaginale et les déodorants ou parfums. Surveillez particulièrement les serviettes hygiéniques, le papier hygiénique, les savons et les produits pour le bain.
  • Préférez les tampons aux serviettes hygiéniques. Assurez-vous qu'ils ne sont pas parfumés. Changez-les régulièrement, et au maximum toutes les quatre heures.
  • En cas de nouveau partenaire ou de partenaires multiples, utilisez un préservatif.
  • En cas de symptômes d'infection, évitez les relations sexuelles avec pénétration.
  • Evitez l'alcool.
  • Mangez des yaourts riches en probiotiques.
  • Ayez une bonne hygiène alimentaire, variée et équilibrée.

A savoir

Le vagin est normalement doté d'une flore microbienne, qui, en sécrétant de l'acide lactique, crée un milieu acide protecteur contre les germes nocifs. Lorsque l'équilibre de cette flore est rompu, une vaginite s'installe. Une vaginite peut également être due à une atrophie postménopausique du vagin, causée par une diminution de la sécrétion hormonale. Ainsi, chez la femme ménopausée, le traitement peut comprendre l'administration locale d'hormones (oestrogènes), qui rend au vagin son épaisseur et sa souplesse.

Initialement publié le 26/04/2005 - 00h00 et mis à jour par Dr Philippe Presles, adapté par C. De Kock, journaliste santé le 05/09/2007 - 00h00
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Les mycoses vaginales en 4 questions/réponses Mis à jour le 14/04/2015 - 17h57

Entre 10 et 20 % des femmes développent des mycoses vaginales . Ces affections représentent l’un des premiers motifs de consultation en gynécologie. Bénignes, elles nécessitent un traitement simple puis la mise en place de quelques règles d’hygiène p...

Plus d'articles