PUBLICITÉ

Les tumeurs colorectales

Mise à jour le 25/01/2010 - 01h00
-A +A

Le côlon constitue la partie terminale du tube digestif que l'on appelle aussi gros intestin. Il fait suite à l'intestin grêle et commence par le caecum, lieu d'implantation de l'appendice. Il est divisé en quatre zones principales définies par leur orientation (droit ascendant ; transverse ; gauche descendant ; sigmoïde). Le côlon se prolonge par le rectum puis par l'anus.

PUB

Le côlon et le rectum

La paroi du côlon est formée d’une muqueuse composée d’une couche très fine de cellules. Sa surface est très importante. Repliée sur elle-même, elle forme de très nombreuses « cryptes » au sein desquelles se retrouvent différentes glandes (glandes à mucus, glandes de Lieberkühn…).

Une fois concentrées, les matières fécales sont acheminées jusqu'à l'ampoule rectale qui assure un rôle de réservoir. La retenue des selles est assurée par un muscle, le sphincter anal.

Les tumeurs colorectales

Du fait de leurs similitudes, les cancers du côlon et du rectum sont souvent regroupés sous le terme de cancer colorectal.

Environ 40 % des cancers touchent le rectum et 60 % le côlon. Dans ce dernier cas, les tumeurs sont principalement localisées (70 %) au niveau du sigmoïde (la dernière partie du côlon).

Les tumeurs qui se développent à partir de la muqueuse du côlon et siégeant à plus de 15 cm au-dessus de la marge anale sont appelées cancers du côlon ou coliques. Celles qui sont situées en-dessous de cette limite correspondent à des cancers du rectum ou rectaux. La taille moyenne des tumeurs colorectales est de 5 cm. La forme la plus commune de ces cancers est appelée adénocarcinome dont 80 % sont dits lieberkühnien (de part leur ressemblance avec les glandes de Lieberkühn de la muqueuse colique), 10 % sont qualifiés de mucineux et les 10 % restants rassemblent des formes plus rares.

Comme la plupart des cancers, le cancer colorectal peut migrer dans d’autres territoires de l’organisme. Les métastases les plus fréquentes du cancer du côlon se localisent au niveau du foie et des poumons.

Initialement publié le 15/06/2005 - 02h00 et mis à jour le 25/01/2010 - 01h00
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Cancer colorectal : influence de l'hérédité ! Mis à jour le 24/08/2004 - 00h00

Le rôle de l'hérédité dans certaines formes de cancer colorectal est suspecté depuis longtemps. Une étude récente vient de le confirmer en montrant que les frères et sœurs d'une personne atteinte de ce type de cancer ont jusqu'à sept fois plus de ris...

Plus de fibres, moins de cancer du côlon Publié le 17/03/2017 - 15h29

Le cancer colorectal caracole dans le trio de tête des tumeurs mortelles depuis des décennies dans notre pays. A qui la faute ? Peut-être au manque de fibres alimentaires dans notre assiette ?

Cancer colorectal : 11 facteurs de risque Publié le 17/03/2017 - 15h29

Second cancer chez la femme (après le cancer du sein) et troisième chez l'homme (après le cancer du poumon et de la prostate), le cancer colorectal est très fréquent. Ce cancer fait l’objet d’un dépistage généralisé. L'objectif : le dépister le plus...

La vitamine D protégerait contre le cancer colorectal Mis à jour le 22/03/2010 - 00h00

La vitamine D a le vent en poupe. Connue depuis longtemps pour son rôle majeur dans la lutte contre l'ostéoporose, elle permettrait aussi, selon une récente étude, de réduire de manière importante le risque de cancer du côlon , un des cancers aujourd...

Plus d'articles