PUBLICITÉ

Les troubles érectiles ont doublé depuis l'arrivée du Viagra® !

Publié par Dr Philippe Presles le 25/03/2003 - 00h00
-A +A

Depuis l'introduction du Viagra® sur le marché, le diagnostic des troubles érectiles a plus que doublé !

PUB

Cette constatation provient d'une analyse menée au Royaume-Uni, cherchant à définir si l'introduction du Viagra® a modifié l'incidence de la dysfonction érectile. En effet, jusqu'à présent nous ne disposions pas d'études de populations importantes sur la fréquence de ces troubles.Dans la mesure où la promotion du Viagra® a été faite de facon " extensive ", vis-à-vis des médecins, mais aussi du grand public, en mettant en avant l'importance de consulter en cas de dysfonction érectile, cette équipe de chercheurs a eu l'idée de mener à bien cet essai. Ils ont utilisé les données enregistrées dans 272 cabinets de Médecine Générale du Royaume-Uni.

Précisons trois points afin de bien comprendre la portée de cette analyse.1- Le Viagra® (sidénafil) est disponible au Royaume-Uni depuis septembre 1998. 2- Il est contre-indiqué chez les hommes prenant des dérivés nitrés.3- Il doit être utilisé avec grande précaution chez les hommes ayant des pathologies cardiovasculaires.

La population étudiée était composée d'hommes de 40 à 79 ans qui avaient au moins deux années d'antécédents médicaux connus et chez qui était fait pour la première fois le diagnostic de trouble érectile et cela entre janvier 1990 et décembre 2000. Dans la période qui a précédé l'introduction du Viagra® (entre janvier 1990 et août 1998) et dans celle qui a suivi (septembre 1998 à décembre 2000), 10.371 cas de dysfonction érectile ont été diagnostiqués pour la première fois pour cette population (estimée à 2,3 millions d'hommes/années d'observation). Si l'incidence annuelle de ces troubles a augmenté progressivement durant le milieu des années 90, elle a été multipliée par 2 à 3 entre 1998 et 2000. Cette hausse a été notée dans tous les groupes d'âge.

La fréquence de la pathologie coronarienne chez les hommes ayant une dysfonction érectile a quant à elle diminué, passant de 15,7% à 11,3% après introduction du Viagra®. L'utilisation des dérivés nitrés a également diminué. En revanche, l'incidence du diabète, de l'hypertension, de l'hyperlipidémie et du tabagisme n'ont pas changé durant cette période.

Ainsi, après l'introduction du Viagra®, le diagnostic des troubles érectiles a plus que doublé au Royaume-Uni, tandis que la fréquence des maladies coronariennes chez ces patients a chuté. Cela ne signifie pas que les médecins doivent être moins préoccupés sur la possibilité d'une maladie coronarienne latente chez ces patients. En revanche, il est clair que les caractéristiques cliniques de ces hommes changent au moins en partie à cause de la contre-indication ou des précautions d'emploi de ce nouveau médicament. Quoi qu'il en soit, les études visant à mieux connaître les causes de ces affections doivent considérer avec attention la période où ces études de populations ont été faites. Cela est également vrai pour les effets secondaires du traitement.

Publié par Dr Philippe Presles le 25/03/2003 - 00h00 Kaye J.A. et Jick H., British Medical Journal, 326 : 424-5, 2003.
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Viagra® : bon bilan ! Mis à jour le 03/12/2002 - 00h00

Le célèbre Viagra®, dont l'arrivée sur le marché francais en 1998 a provoqué un fort battage médiatique, est le premier traitement par voie orale des troubles érectiles. Quatre ans plus tard, son efficacité est réévaluée.

Plus d'articles