PUBLICITÉ

Tabagisme masculin : obstacle à la fécondation in vitro (FIV)

Publié par Isabelle Eustache : Adaptation : Danielle Pickman, Journaliste scientifique le 27/08/2002 - 00h00
-A +A

Les hommes qui fument diminuent fortement leur chance de succès de l'aide à la procréation. Par exemple, le taux de réussite d'une Fécondation in Vitro est de 32% pour les couples non fumeurs, contre 18% chez les femmes vivants avec un mari fumeur. Cet écart est encore plus marqué avec la technique d'injections intracytoplasmiques de spermatozoïdes.

PUB

Le tabagisme n'a décidément rien de bon. Selon les résultats d'une étude allemande, les hommes fumeurs qui souhaitent recourir à l'assistance médicale à la procréation doivent cesser de fumer. En effet, le tabagisme masculin diminue le taux de succès de la fécondation in vitro (FIV), mais également de la technique d'injections intracytoplasmiques de spermatozoïdes (ICSI - injection directe d'un spermatozoïde dans l'ovule).Exactement 301 couples ont été suivis : 153 ont eu recourt à la technique d'ICSI, dont 71 hommes étaient des fumeurs réguliers, et 148 à une FIV, dont 68 fumeurs.Dans le 1er groupe, 22% des femmes ayant un mari fumeur se sont retrouvées enceintes, contre 38% parmi les couples non fumeurs. Dans le groupe ayant bénéficié d'une FIV, seules 18% des femmes vivant avec un fumeur ont réalisé une grossesse, contre 32% chez les non-fumeurs.En conclusion, le taux d'échec d'une ICSI est multiplié par 2,75 lorsque le mari fume et par 2,5 pour une FIV !Attention, les méfaits du tabac ne s'arrêtent pas là. En plus d'un effet négatif sur la fécondation, il pourrait provoquer des lésions de l'ADN des spermatozoïdes et ainsi altérer le développement de l'embryon. Encore d'excellentes raisons pour arrêter !

Publié par Danielle Pickman, Journaliste scientifique le 27/08/2002 - 00h00 Congrès de la Société européenne de reproduction et d'embryologie humaines (ESHRE), Vienne, Juillet, 2002. Communication du Dr Michael Zitmann, Institut de Médecine Reproductive de Münster.
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Plus d'articles