PUBLICITÉ

Susceptible ou pas ?

Publié par Pierre Dewaele, journaliste médical et scientifique le 13/05/2002 - 00h00
-A +A

Comme promis, nous terminons la série issue du colloque " Tester l'humain " par les tests de susceptibilité. Ceux-ci ont une implication dans notre vie quotidienne et pourraient avoir une importance considérable sur le marché de l'emploi…

PUB

Les tests de susceptibilité se distinguent des tests prédictifs. Les premiers sont grandement influencés par l'environnement alors que les seconds déterminent avec certitude l'apparition d'une maladie. Il s'agit donc d'un test génétique destiné à démontrer les risques d'apparition d'une maladie donnée chez une personne.

Il n'y a pas de risque ZERO !

Comme l'a expliqué le Pr JJ Cassiman (Katholieke Universiteit Leuven), les tests de susceptibilité fournissent des résultats en terme de probabilité. Ainsi, lorsque ce type de test confirme la présence d'une anomalie génétique, le risque de développer la maladie est fortement accru. En revanche, si l'anomalie n'est pas décelée, le risque n'est pas accru, mais il n'est pas non plus égal à zéro. Le test permettant de dépister le cancer du sein est le plus connu. Il vise à dépister le gène BRCA (BRCA= BReast CAncer) puisqu'on sait que dans une certaine mesure ce cancer est héréditaire. On connaît plusieurs centaines de modifications de deux gènes impliqués BRCA1 et BRCA2. Les changements les touchant sont à l'origine de 5 à 10 % des cancers du sein. Une femme présentant une mutation de ce type a deux fois plus de risques de développer un cancer du sein. Elle présente également un risque accru (10 %) de développer un cancer des ovaires.

Mieux vaut savoir pour prévenir !

Savoir que l'on porte ce type de mutation permet de se soumettre à une prévention plus importante. On est ainsi capable de détecter la maladie beaucoup plus tôt. Mais le test est aussi générateur d'un certain stress. Ce type de test ne peut donc se faire qu'avec le consentement de la personne et exige un accompagnement.Par ailleurs, la susceptibilité peut concerner des maladies encore plus fréquentes comme les maladies cardiovasculaires ou plus rares comme une sensibilité particulière à un toxique. Bien que cela ne soit pas le cas aujourd'hui, il pourrait être utilisé comme test à l'embauche, par exemple.Les implications éthiques de tels tests sont évidemment importantes et demandent à être débattues démocratiquement. Dans un futur très proche, la Fondation Roi Baudouin publiera un livre reprenant l'ensemble des communications ainsi que les débats qui ont eu lieu le 20 avril dernier. Par ailleurs, des conférences dites " citoyennes " auront lieu d'ici à la fin de l'année. Nous vous tiendrons bien entendu informés de ces différentsévénements.

Publié par Pierre Dewaele, journaliste médical et scientifique le 13/05/2002 - 00h00 Conférence " Tester l'humain ", Fondation Roi Baudouin, Hôtel Sheraton, Bruxelles, 20/04/02
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Le cancer du sein est-il inscrit dans mes gènes? Mis à jour le 13/04/2004 - 00h00

Chaque année, en Belgique, près de 6.600 femmes développent un cancer du sein. Les scientifiques n'ont pas encore été en mesure de déterminer toutes les causes de ce type de cancer avec certitude. Toutefois, pour 5% des patientes, l'origine en serait...

Cancer du sein dans la famille du père: un risque accru Mis à jour le 08/11/2010 - 00h00

5 à 10% des cancers du sein sont liés à une mutation génétique particulière, qui peut être transmise aussi bien par la mère que par le père. Les cas de cancers du sein ou des ovaires dans la famille du père doivent donc tout autant inciter à la vigil...

Dépistage du cancer du sein : plus chers ! Mis à jour le 03/02/2002 - 00h00

Alors que notre pays se dote d'une campagne efficace de dépistage dans le cancer du sein , l'Europe, elle, admet de breveter des gènes de susceptibilité de ce même cancer. La conséquence directe pour les patientes est un prix inabordable pour les tes...

La mastectomie préventive : un rempart au cancer du sein Publié le 02/11/2016 - 11h59

En cas de cancer du sein , une mastectomie ou ablation chirurgicale d’un ou des deux seins peut être envisagée. On procède ensuite à une reconstruction mammaire, immédiatement ou à distance de la première intervention. Mais on peut également procéder...

Plus d'articles