PUBLICITÉ

La stimulation cérébrale soulage les patients parkinsoniens

Publié par C. De Kock, journaliste santé le 12/10/2004 - 00h00
-A +A

Les recherches menées durant les deux dernières décennies ont montré l'efficacité à long terme de la stimulation cérébrale dans le traitement de la maladie de Parkinson, une maladie neurologique chronique très fréquente.

PUB

La maladie de Parkinson est un trouble du mouvement très commun touchant près de 6,3 millions de personnes dans le monde, dont 1 % des plus de 60 ans et 2 % des plus de 80 ans. Elle frappe en moyenne à l'âge de 60 ans, mais une personne atteinte sur 20 peut développer des symptômes avant 40 ans. Elle se caractérise généralement par les symptômes suivants : raideur des muscles et des articulations, bradykinésie (lenteur des mouvements) ou akinésie (absence de mouvements), tremblements d'un membre, de la tête ou du corps tout entier, problèmes d'équilibre et de mauvaise coordination.

Des effets secondaires parfois insupportables

Même avec une thérapie médicale optimale, les symptômes ont tendance à empirer. La Levodopa, découverte dans les années 1960, reste le traitement standard de la maladie de Parkinson. Malheureusement, elle provoque des effets secondaires parfois insupportables. La stimulation cérébrale représente alors une option thérapeutique pour les patients sous Levodopa qui n'en supportent pas les effets secondaires.

Des impulsions électriques

La stimulation cérébrale permet aux patients parkinsoniens de reprendre le contrôle de leur vie. Elle réduit leurs besoins en médicaments et leur dépendance vis-à-vis des autres.Découverte en France à l'Université de Grenoble, la Thérapie Activa délivre des impulsions électriques dans des régions bien précises du cerveau impliquées dans le contrôle des mouvements. Cette stimulation compense les signaux envoyés par le cerveau qui sont mis en cause dans la maladie de Parkinson.

Publié par C. De Kock, journaliste santé le 12/10/2004 - 00h00 Communiqué "Une pianiste retrouve le plaisir de jouer grâce à la stimulation cérébrale", Thérapie Activa/Medtronic, septembre 2004.
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Le sport au secours de Parkinson Publié le 16/04/2013 - 13h59

Pendant longtemps, on a cru que sport et Parkinson ne faisaient pas bon ménage. Les médecins avaient plutôt tendance à mettre leurs patients en garde contre toute fatigue inutile. Aujourd'hui, les personnes atteintes de la maladie de Parkinson sont d...

L'ecstasy donne une piste contre la maladie de Parkinson Mis à jour le 23/08/2005 - 00h00

Une étude menée sur des souris, et dont les résultats ne sont pas encore complètement compris, semble indiquer une nouvelle piste inattendue pour le traitement de la maladie de Parkinson : la MDMA, molécule chimique active de l'ecstasy.

Ecstasy : des dégâts irréversibles ! Mis à jour le 15/10/2002 - 00h00

Selon les résultats obtenus par le neurologue George Ricaurte, une prise occasionnelle d'ecstasy provoque des dégâts considérables, en détruisant 40% des neurones dopaminergiques. Ces derniers sont notamment situés dans une région cérébrale impliquée...

Plus d'articles