PUBLICITÉ

Somnolence diurne excessive

Publié par Isabelle Eustache, adapté par C. De Kock, journaliste santé le 27/09/2005 - 00h00
-A +A

Méconnue et sous diagnostiquée, la somnolence diurne excessive est pourtant très fréquente et handicapante dans la vie quotidienne. De plus, cette lutte pour maintenir un niveau d'éveil suffisant pour effectuer des tâches communes est source d'accidents graves.

PUB

La somnolence diurne excessive se manifeste par des endormissements involontaires au cours de la journée, plus ou moins contrôlables. Elle génère une sensation subjective de mauvaise vigilance et nécessite de lutter pour résister à l'envie de dormir et pour maintenir un niveau d'éveil suffisant à l'exécution des activités quotidiennes.C'est par ailleurs le symptôme principal de la narcolepsie.Contrairement aux insomnies, les patients se plaignent rarement de somnolence diurne. Or elle affecte considérablement la qualité de vie, avec une diminution des performances scolaires et professionnelles, et peut entraîner de graves conséquences. Selon une enquête francaise, ce trouble est très fréquent : 54% des Francais se sentent parfois somnolents dans la journée, alors qu'ils ont correctement dormi. Cette sensation est quotidienne pour 8% des personnes interrogées.Cette affection n'est pas sans conséquence puisque 6% des Francais ont reconnu avoir somnolé au volant au cours des trois derniers mois. Or seuls deux sur trois se sont arrêtés pour se reposer, alors que ce symptôme multiplie par huit le risque d'accident…En plus d'être un facteur de risque d'accident grave, la somnolence diurne excessive est un symptôme révélateur d'éventuels troubles respiratoires du sommeil, en particulier les apnées du sommeil.

Une dette importante de sommeil

Dans la majorité des cas, et particulièrement chez les adolescents, ce symptôme résulte d'une dette de sommeil. Une bonne facon de le vérifier est de comparer le nombre d'heures de sommeil en période de travail à celui pendant les vacances.

Quelques conseils

  • Se coucher, et surtout se lever, à heures régulières.
  • Pas de stimulant en fin de journée (caféine, nicotine).
  • Pas d'alcool. S'il facilite l'endormissement, il perturbe ensuite le sommeil.
  • Ne pas trop manger avant de se coucher.
  • L'exercice physique améliore le sommeil, mais il est à éviter une heure avant le coucher.
  • Minimiser la température, la lumière et le bruit.
  • Choisir une literie (matelas et oreillers) selon ses préférences.
  • Pas de télé, de travail ou de lecture une fois installé dans son lit.
Publié par Isabelle Eustache, adapté par C. De Kock, journaliste santé le 27/09/2005 - 00h00 Le Quotidien du médecin, 6 septembre 2005.
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Au fait Docteur, je dors très mal Publié le 21/02/2011 - 18h19

Mal dormir ou dormir insuffisamment est tellement banal pour des milliers de gens qu’ils ne pensent pas à en parler à leur médecin. Or un mauvais sommeil peut avoir de sévères conséquences tant sur le plan privé que professionnel. Quelle aide peut vo...

A quoi sert le sommeil ? Mis à jour le 03/11/2015 - 11h50

Le sommeil est une fonction biologique essentielle. Un sommeil à la fois suffisant et de qualité est crucial, et encore plus à l’adolescence, période de vulnérabilité propice aux désynchronisations de l’horloge interne et donc à risque de manque de s...

Hypertension : et en plus vous ronflez ? Publié le 20/06/2014 - 15h47

Si vous êtes hypertendu(e) malgré votre traitement, il est probable que vous souffriez également d'un syndrome d'apnées du sommeil. En effet, hypertension et syndrome d'apnées du sommeil sont deux affections liées. Toutes deux doivent être dépistées...

Plus d'articles