PUBLICITÉ

Sclérose en plaques: comment la traiter?

Publié par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 22/04/2008 - 00h00
-A +A

La sclérose en plaques est une maladie pas si rare, qui est la première cause de handicap neurologique chez l'adulte jeune. Son évolution est difficile à prévoir, ce qui la rend d'autant plus difficile à vivre. Mais la recherche offre des pistes de traitement prometteuses.

PUB

La sclérose en plaques: ses symptômes et ses différentes formes

La sclérose en plaques est une maladie auto-immune due à une destruction de la gaine de myéline, la membrane qui entoure les prolongements de certains neurones, et dont l'altération entrave la conduction nerveuse du cerveau au reste du corps.
Ce trouble de la transmission de l'influx nerveux se traduit par des symptômes qui seront différents selon la zone cérébrale touchée. Troubles moteurs (faiblesse musculaire, gêne de la motricité), sensitifs (baisse de la sensibilité de certaines parties du corps, engourdissement, fourmillements), visuels (baisse de l'acuité, vision double), cognitifs (troubles de la mémoire, des capacités d'attention), urinaires, de la coordination et de l'équilibre… Tous ces symptômes peuvent atteindre les personnes souffrant de sclérose en plaques.

Selon l'évolution de la sclérose en plaques, on distingue trois formes: rémittente (première phase de la maladie qui évolue par poussées entrecoupées de périodes de rémission), secondaire progressive (cette forme apparaît au bout d'une dizaine d'années d'évolution chez environ 50% des malades) et progressive d'emblée (apparaissant généralement chez des personnes de plus de 40 ans avec des symptômes qui progressent en quelques mois).

Les traitements de la sclérose en plaques

Le traitement de la sclérose en plaques est pluridisciplinaire.

Les traitements de fond: les immunosuppresseurs et les interférons ß permettent de limiter l'inflammation dans le système nerveux et ainsi de diminuer les poussées de sclérose en plaques. Par exemple, les interférons ß diminuent d'environ 30% la fréquence des poussées dans les formes rémittentes de la sclérose en plaques. Ces médicaments puissants sont généralement administrés par voie sous-cutanée, une fois, trois fois par semaine, voire quotidiennement.
La recherche a permis que de nouvelles molécules soient mises au point afin de s'attaquer aux formes les plus sévères de sclérose en plaques. Elles ciblent toutes les différentes étapes de la réaction inflammatoire.

Le traitement des poussées: la corticothérapie est prescrite en cas de poussées sévères.

Les traitements symptomatiques: les douleurs, les raideurs musculaires et les troubles urinaires sont également pris en charge. Certains handicaps nécessitent également une kinésithérapie régulière, tandis qu'un soutien psychologique est souvent nécessaire pour passer certaines épreuves de la sclérose en plaques.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 22/04/2008 - 00h00 Dossier de presse de l'UNISEP (Union française pour la lutte contre la sclérose en plaques)
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Les signes de la sclérose en plaques Publié le 28/09/2012 - 09h15

La sclérose en plaques touche des adultes jeunes. Elle évolue lentement et insidieusement, mais avec les années, elle devient cause de handicaps neurologiques . Comment la reconnaître, quels sont les premiers symptômes de la sclérose en plaques?

Sclérose en plaques : évitez le sel ! Publié le 09/03/2015 - 09h42

Le sel ? Un élément présent dans chacun de nos plats, qui a l'avantage de mettre en valeur toutes les saveurs. Mais dans le cas de la sclérose en plaques , c'est un goût amer qu'il donne : consommer trop de sel augmente les poussées de sclérose en pl...

Plus d'articles