Santé : les maladies se vivent différemment au masculin ou au féminin

Mise à jour par Brigitte Bègue, journaliste santé le 02/11/2016 - 11h42
-A +A

Les différences entre les hommes et les femmes ne sont pas uniquement liées aux hormones et au formatage par les stéréotypes de genre. Les spécificités biologiques comptent aussi mais elles sont sous-estimées. Il est important de prendre en compte ces particularités entre masculin et féminin, pour mieux soigner.

PUB

Différences masculin féminin : arthrose chez les filles, autisme chez les garçons

Savez-vous que les femmes ont plus de maladies auto-immunes que les hommes ? A l’inverse, ces derniers sont davantage touchés par l’autisme et les maladies neuro-développementales...

Hommes et femmes ne sont pas identiques, on le sait. Le sexe féminin est déterminé par les chromosomes XX et le sexe masculin par les chromosomes XY. Cette différence n’est pas sans conséquence.

Selon Peggy Sastre, auteur de « Le sexe des maladies » (1), une étude sur des souris mâles et femelles (2), publiée en juillet 2006, montre que « 72% des gènes actifs dans le foie, 68 % dans les cellules graisseuses, 55,4 % dans les muscles et 13,6 % dans le cerveau »  s’expriment à des degrés divers selon le sexe.

Infarctus au masculin ou au féminin  : des symptômes différents

Ce sont surtout les femmes qui en font les frais.

Exemple : longtemps considéré comme une maladie d’hommes, l’infarctus du myocarde est sous-diagnostiqué chez elles. Chez environ la moitié des patientes, les symptômes du genre féminin se traduisent par des nausées et des douleurs dans le ventre plus que par une douleur intense au thorax et au bras gauche. Résultat : l’électrocardiogramme est réalisé plus tardivement. La localisation du cancer colorectal diffère également entre les deux sexes…

Les femmes ne réagissent pas, non plus, de la même manière aux médicaments : des études démontrent qu’il suffirait d’une demi-dose de vaccin contre la grippe pour qu’elles soient  protégées de la maladie. D’autres indiquent que l’aspirine protège mieux les messieurs de la crise cardiaque et les dames de l’AVC.

Initialement publié par Brigitte Bègue, journaliste santé le 29/09/2016 - 11h45 et mis à jour par Brigitte Bègue, journaliste santé le 02/11/2016 - 11h42

« La recherche scientifique et la médecine ne peuvent plus ignorer les différences biologiques entre les sexes », conférence de presse, Académie de Médecine, Paris, 23 juin 2016.

(1) « Le sexe des Maladies », édition Favre, 2014.

(2) Dans Genome Research.

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Les femmes diabétiques ont un cœur très fragile Mis à jour le 31/01/2006 - 00h00

Le diabète de type 2 est un facteur de risque cardiovasculaire très important. Il semblerait qu'il existe une grande différence en fonction du sexe. Les femmes diabétiques auraient un cœur bien plus fragile que les hommes atteints de cette même malad...

Pourquoi les femmes doivent protéger leur cœur Publié le 21/09/2015 - 10h16

Si vous avez l’impression que les maladies cardiovasculaires (infarctus, AVC…) visent surtout les hommes, vous n’êtes pas seul(e). Mais vous vous trompez ! Les maladies cardiovasculaires sont en effet tout aussi dangereuses, voire plus, pour les femm...

Du coeur à l'ouvrage Mis à jour le 09/10/2007 - 00h00

Une étude livre des résultats inquiétants quant à la santé, cardiovasculaire notamment, du travailleur belge moyen et pointe que 80% des travailleurs âgés de 30 ans et plus auraient tout intérêt à consulter un médecin.

Cholestérol et infarctus : les femmes aussi ! Publié le 27/10/2017 - 10h20

Dans une cinquantaine de pays, plus de 15.000 patients ayant fait un infarctus ont été suivis dans une grande étude. Il en ressort que le cholestérol est de très loin le facteur de risque n°1 et que les femmes sont également concernées.

Plus d'articles