La santé des Belges (3) : La sexualité passée au crible !

Publié par Pierre Dewaele, journaliste médical et scientifique le 19/11/2002 - 00h00
-A +A

La vaste enquête sur la Santé des Belges a révélé tous ses résultats. Ce sont 2500 de pages de résultats, de tableaux et d'analyses qui sont disponibles sur Internet à l'adresse http://www.iph.fgov.be/sasweb/his/fr/index.htm en francais et sur http://www.iph.fgov.be/sasweb/his/nl/index.htm en néerlandais.

PUB

D'autres articles suivront mais le chapitre sur la " Santé et Sexualité " des Belges a retenu notre attention.Tout d'abord, on a souvent répété que les maladies transmissibles transmises étaient en augmentation depuis quelques années. Il semblait donc intéressant de confronter les résultats de l'enquête menée sur plus de 12.000 personnes aux autres données.Deux aspects étaient abordés dans le questionnaire :

  • La contraception
  • La protection contre les maladies sexuellement transmissibles
En ce qui concerne la contraception, 75% des femmes de 15 à 49 ans et sexuellement actives, utilisent une méthode de contraception. Par rapport à l'enquête précédente (1997), le taux de couverture des plannings familiaux est aussi important chez les jeunes filles de 15 à 19 ans (95%). Ceci signifie que la population est attentive à se protéger contre des grossesses non désirées. Cependant, d'autres études (voir http://www.ping.be/planning-familial/indexxz.html) ont montré dans le même temps que le nombre d'interruption de grossesse étaient en augmentation régulière dans notre pays. La raison principale est la mauvaise utilisation des contraceptifs.

La pilule, d'abord !

Quoi qu'il en soit l'utilisation d'une méthode contraceptive ne semble pas être liée au niveau d'instruction, sauf en Wallonie. La pilule reste bien entendu la méthode la plus utilisée chez nous : 62% des femmes. En Flandre la deuxième méthode est la stérilisation avec 20% alors qu'en Wallonie et à Bruxelles, le stérilet vient en deuxième place avec respectivement 16 et 13%. Les résultats montrent aussi que 2% des femmes n'utilisent pas de méthodes efficaces (coït interrompu, abstinence périodique,…).C'est bien sûr chez les jeunes de 15 à 24 ans que la pilule est la plus utilisée. Les méthodes dites " de barrière " (stérilets, diaphragme,…) remportent la préférence des femmes plus âgées mais aussi plus instruites. Le choix de la méthode diffère aussi selon la nationalité des femmes. En 4 ans, en revanche, aucune différence notable n'est apparue quant à la méthode choisie si ce n'est une légère augmentation pour les méthodes de barrière.

Roulez jeunesse... !

En ce qui concerne la protection contre les maladies sexuellement transmises, les hommes disent plus souvent utiliser une protection que les femmes. Chez les jeunes, 66% des 15-19 ans (près de 80% en Wallonie !) et 40% des 20-24 ans disent porter un préservatif. Cependant, 11% des 15-19 ont eu des rapports sexuels non protégés au cours des 12 derniers mois. Ce pourcentage passe même à 13% en Flandre contre 9% à Bruxelles et 7% en wallonie.Chez les jeunes de 20 à 24 ans, 50% n'ont pas utilisé de méthode de protection. Cependant, dans cette tranche d'âge, le nombre de partenaires diminue nettement.Ceci reste toutefois inquiétant sachant qu'il existe une réelle augmentation du nombre de cas de séropositivité en Belgique depuis 1996 mais aussi une recrudescence des autres MST !

Le rapport conclut qu'il est indispensable de renforcer les messages de prévention, surtout auprès des jeunes.
Publié par Pierre Dewaele, journaliste médical et scientifique le 19/11/2002 - 00h00 La santé des Belges Livre 3 Santé et sexualité
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Ozone : attention lors de fortes chaleurs Publié le 21/06/2017 - 10h33

L'ozone est un gaz invisible. Il nous protège des rayonnements solaires lorsqu'il se trouve en altitude mais qui, au sol, possède des effets délétères sur la santé. L'ozone est même d'un poison puissant...

Arrêter le dopage Mis à jour le 01/07/2002 - 00h00

Le dopage est une calamité dans le sport professionnel mais également dans le sport amateur. La Communauté Francaise a complété son décret de l'année dernière et prend des mesures d'application.

Plus d'articles