PUBLICITÉ

Le radon, un ennemi invisible sous votre toit ?

Mise à jour par Carole Equeter, journaliste santé le 17/04/2014 - 09h00
-A +A

Le radon est un gaz radioactif naturellement présent dans tous les sols.

Formé à partir d’uranium, il est capable de migrer à travers les sols et les matériaux de construction. Tirant profit des fissures, des joints de construction ou encore des équipements sanitaires, le radon pénètre à l'intérieur des bâtiments.

Faisons le point sur cet ennemi invisible afin de mieux le combattre : à la chasse au radon pour protéger vos poumons.

PUB

Où trouve-t-on le radon ?

Le radon est présent à des concentrations variables selon les régions. En Belgique, le sous-sol ardennais est plus riche en uranium et ses roches sont plus fracturées. C’est donc le sud du pays qui est davantage touché et plus particulièrement les  arrondissements de Verviers, Bastogne et Neufchâteau. Toutefois, la concentration en radon peut varier fortement d'une région à l'autre et même d'un bâtiment à l'autre. C’est pourquoi, quelle que soit la région, le dosage de ce gaz habitation par habitation reste pertinent.

Quels sont les effets du radon sur la santé ?

Depuis 1987, le radon est reconnu comme cancérigène certain par le CIRC (Centre International de la Recherche contre le Cancer). Il est d’ailleurs la substance cancérigène la plus dangereuse dans les habitations, et la deuxième cause de cancer pulmonaire après le tabac.

Sur les 7.400 Belges tués chaque année par le cancer du poumon, le radon est impliqué dans un cas sur dix.

L’augmentation du risque est liée au taux et à  la durée d’exposition, que ce soit au domicile, à l’école ou sur le lieu de travail. De plus, le risque est accru chez les fumeurs où ses effets sont cumulés à ceux du tabac.

Mesurer le taux de radon

Même si ce gaz échappe à notre perception, il est néanmoins possible de le détecter de façon relativement simple. Il suffit de s’équiper d’un détecteur disponible auprès des Provinces. Une fois positionné, il devra rester en place durant 3 mois, de préférence entre octobre et mai. Après quoi, il est ré-envoyé pour analyse, le tout pour le prix de 30€ environ. De plus amples informations sont accessibles sur le site «radon» de l’Agence Fédérale de Sécurité Nucléaire (http://fanc.fgov.be/fr/page/646.aspx). 

Initialement publié par Carole Equeter, journaliste santé le 28/04/2014 - 01h00 et mis à jour par Carole Equeter, journaliste santé le 17/04/2014 - 09h00

L’Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire. La Région Wallonne (direction générale environnement). Site web www.radonday.be

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Alerte au radon ! Publié le 10/03/2015 - 08h57

Incolore, inodore et insipide, le radon n'en est pas moins un gaz radioactif connu pour ses effets cancérigènes. Pour éradiquer cet ennemi invisible, une seule solution: passer sa maison au crible... Ne lui laissez aucune chance !

Votre bureau est-il pollué ? Mis à jour le 15/08/2006 - 00h00

Nul doute que l'un ou l'autre matin vous avez dû vous dire en vous rendant au bureau que l' environnement est bien pollué , mais vous êtes-vous déjà posé cette question à propos de votre lieu de travail ?

Huit bonnes raisons d'arrêter de fumer Publié le 09/10/2015 - 15h03

Des rides au cancer du poumon en passant par la mauvaise haleine et les troubles sexuels, les risques inhérents à la fumée de cigarette sont particulièrement vastes. En voici une liste non exhaustive qui peut renforcer votre motivation pour passer du...

Plus d'articles