PUBLICITÉ

Qui a une tête à poux ?

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 13/09/2016 - 15h27
-A +A

Ma fille / Mon fils a une « tête à poux » !
C’est le désastre.

Mais qu’entend-on exactement par là ?

Et quels sont les comportements qui peuvent donner une « tête à poux » ?

PUB

Les têtes à poux existent-elles ?

Ce que les parents entendent par « tête à poux », c’est un enfant, fille ou garçon, qui ramène des poux à la maison plus souvent que ses amis, ou ses frères et sœurs. Dès que les poux font leur apparition à l’école, on peut être sûr qu’ils vont faire leur chemin jusqu’à ce cuir chevelu-là…

Les médecins s’accordent généralement sur l’existence de ces « têtes à poux ». Malheureusement… ils ne peuvent pas l’expliquer.

La nature des cheveux compte mais n’explique pas tout.
On sait, certes, que certaines natures de cheveux sont plus susceptibles d’être envahies par les poux que d’autres : les cheveux frisés, crépus, sont moins confortables pour les poux qui ont du mal à s’y accrocher. Donc les personnes à cheveux lisses sont plus vulnérables. Mais même entre personnes à nature de cheveux similaire, certains sont plus souvent touchés que d’autres…

Ce que l’on sait sur les têtes à poux

Même si les susceptibilités personnelles restent mystérieuses, certaines infestations à répétition par les poux peuvent être expliquées.

Les médecins pointent des facteurs qui peuvent favoriser l’apparition de poux :

  • Le fait de fréquenter ses camarades de très près, de les câliner, par exemple.
    Les poux ne sautent pas, mais ils peuvent très vite se transporter d’une tête à l’autre.
    C’est probablement pour cela que les filles sont plus souvent touchées par les poux que les garçons…
  • Avoir les cheveux longs et les porter détachés augmente le risque qu’un pou arrive jusqu'au cuir chevelu.
    Il est donc recommandé aux enfants qui ont les cheveux longs de les porter attachés quand ils sont en contact avec d’autres enfants.
  • Et bien sûr, le fait d’échanger avec ses amis les bonnets, barrettes, élastiques et autres accessoires qui se portent dans les cheveux.

Rien à voir, donc, avec l’hygiène. Les poux peuvent très bien infester des enfants, ou des adultes, dont la tête est très propre…

Les têtes à poux ne peuvent donc rien changer à leur sort, et les stigmatiser sera contre-productif ! Mieux vaut les aider à prévenir et à guérir les infestations.

Initialement publié par Marion Garteiser, journaliste santé le 01/09/2014 - 00h05 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 13/09/2016 - 15h27

http://lancaster.unl.edu/pest/lice/faq.shtml

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Savez-vous chasser les poux à la mode de chez nous? Mis à jour le 02/11/2004 - 00h00

Une équipe gantoise recommande la méthode humide, plutôt que la méthode sèche traditionnelle, pour éliminer les poux, ces petits hôtes indésirables de nos chères têtes blondes et brunes.

5 idées reçues à bannir sur les poux ! Publié le 02/09/2013 - 12h01

Les dernières données scientifiques nous ont amené à réviser nos positions en matière de prévention et de traitement anti-poux. Inutile de nettoyer les draps et les écouteurs aux sprays insecticides ou encore de bannir nos petits pouilleux de l'école...

Offensive contre les poux Mis à jour le 15/03/2010 - 00h00

Les poux sont fréquents en milieu scolaire. Ils n'épargnent aucune classe sociale et ne sont pas liés au manque d'hygiène. La crainte de l'infestation par les poux a conduit à une utilisation abusive des produits anti-poux et au développement de rési...

Le casse-tête des poux à l'école Mis à jour le 30/08/2010 - 00h00

La rentrée des classes approche et avec elle, c'est l'inévitable retour des poux qui se profile! Pourquoi aiment-ils tant l'école? Comment agir en cas d'épidémie?

Plus d'articles