PUBLICITÉ

Que sont vraiment les maladies psychosomatiques ?

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 06/07/2015 - 15h52
-A +A

Souvent considérées comme des "fausses" maladies, les maladies psychosomatiques sont pourtant bien réelles.

Leur particularité : c'est l'esprit qui se trouve à l'origine des maux. 

PUB

Qu'est-ce qu'une maladie psychosomatique ? Est-ce une vraie maladie ?

On parle de maladie psychosomatique lorsqu’un événement ou un facteur psychologique intervient dans le déclenchement, le déroulement ou la phase de résolution d'une maladie. Le facteur psychologique peut aussi n’agir que comme co-facteur dans le déclenchement de la maladie.

Ce n'est pas parce qu'une maladie a une forte composante psychologique qu'il ne s'agit pas d'une vraie maladie.

Les douleurs et symptômes qu'une personne atteinte d'une maladie psychosomatique ressent sont bien réels. L’évolution vers une maladie grave somatique est tout à fait possible. Il ne faut d'ailleurs pas confondre les personnes hypochondriaques avec celles qui sont atteintes d'une maladie psychosomatique. Les premières ressentent des douleurs et des symptômes qui sont rarement objectivés par des examens médicaux. Alors que chez les secondes, les examens médicaux corroborent très souvent leurs dires. 

Comment l'esprit peut-il rendre le corps malade ?

Parce que le corps et l'esprit sont intimement liés. Il ne s'agit pas de deux entités différentes comme on a un peu trop tendance à l'imaginer actuellement. Nous avons d'ailleurs déjà tous pu constater que face à la peur ou à l'excitation, notre rythme cardiaque s'accélère. Il existe différents mécanismes qui peuvent amener l'esprit à rendre le corps malade.

Parmi ceux-ci, le stress. Dans la vie il existe deux types de stress :

  • Le stress qui se repère facilement : un examen, par exemple.
    Face à ce stress, l'esprit met en place des mécanismes permettant de limiter les effets du stress sur le cœur et le reste du corps.
  • Le stress inconscient qui passe inaperçu : un patron qui n'est pas ouvertement agressif, qui tyrannise à l'aide de petites phrases ambiguës, par exemple.
    L'esprit ne repère pas bien ce type de stress et ne peut donc mettre en place des mécanismes de défense.
    Résultat : le stress se répercute sur le corps et ce dernier somatise, le patient tombe malade.

Il est par ailleurs démontré que les évènements qui nous affectent psychologiquement peuvent induire une baisse de l'immunité. Parmi ceux-ci : l'anxiété, les névroses, un deuil, une rupture, etc.

Initialement publié par Elise Dubuisson, journaliste santé le 10/06/2014 - 14h00 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 06/07/2015 - 15h52

Pr. Nicolas Zdanowicz, Université Catholique de Louvain CHU Mont-Godinne.

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
DoudouilleSelleslagh

Atteinte de fibro depuis 7 ans je suis scandalisée de voir que vous écrivez dans votre article que ça fait partie des maladies psychosomatique, je peux vous assurer qu après avoir passé des dizaines d examens que la fibro n en fait pas partie elle a des çauses neurologique.

PUBLICITÉ
A lire aussi
Spleen ou dépression? Mis à jour le 29/11/2005 - 00h00

En d'autres termes, comment différencier un simple coup de blues d'une véritable dépression ? Ces deux états sont bien distincts et facilement reconnaissables.

Voir un diététicien pendant un cancer Publié le 22/05/2015 - 16h19

Si l’ alimentation joue un rôle dans la survenue d’un cancer , elle doit également être surveillée lorsque la maladie se déclare. Objectif : atteindre le meilleur état nutritionnel possible pour combattre la maladie et mieux supporter les effets seco...

Plus d'articles