Quatre idées fausses sur le cancer qui vous mettent peut-être en danger

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 19/06/2015 - 15h01
-A +A

Le cancer est une maladie complexe, que les médecins connaissent et soignent de mieux en mieux… mais cela n'empêche pas certaines idées fausses de circuler. Et quand une idée fausse entraîne un comportement à risque, il faut bien sûr la combattre.

PUB

Idée fausse n°1 : Si je me fais dépister le plus souvent possible, je me protège

Cette idée fausse part d’une information très solide : le dépistage systématique appliqué à toute la population est un outil très utile pour détecter les cancers à un stade où ils ne présente pas de symptômes et sont plus faciles à traiter avec succès. Mais cela ne veut pas dire que plus on dépiste, mieux on se protège. Le dépistage entraîne en effet deux risques : le surtraitement, c’est-à-dire le traitement de cancers qui se résorberaient seuls si on ne les prenait pas en charge, et l’exposition à des rayonnements néfastes. A la clé dans les deux cas, paradoxalement : une augmentation du risque de cancer. Les dépistages systématiques ne sont donc conseillés que quand les médecins sont certains que le risque entraîné est moins important que les bénéfices attendus. C'est le cas à l'heure actuelle pour trois cancers : cancer du sein pour les femmes entre 50 et 69 ans, le cancer du côlon pour tous entre 56 et 74 ans, et le cancer du col de l'utérus pour toutes les femmes à partir de la trentaine.

Par ailleurs, n'hésitez pas à consulter votre médecin si vous êtes inquiet(e). Il peut vous conseiller un dépistage personnalisé, ou des tests diagnostics, si vous présentez des facteurs de risque particuliers ou des signes inquiétants.

Idée fausse n°2 : Ma sédentarité ne change pas grand chose à mon risque de cancer

Si nous savons tous que nous devrions avoir une vie plus active, nous ne lions que rarement le manque de sport à notre risque de cancer. Nous aurions plutôt tendance à le relier à une mauvaise santé cardiovasculaire. Et pourtant, le manque d’activité physique est un facteur de risque démontré pour plusieurs cancers. Or, si le tabac est correctement identifié par la plupart des Belges comme le premier des facteurs de cancer, la sédentarité ne fait même pas partie du top 10 à leurs yeux. A tort !

Initialement publié par Marion Garteiser, journaliste santé le 19/06/2015 - 15h01 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 19/06/2015 - 15h01

Fondation contre le cancer

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Pas d'éradication du cancer dans un avenir proche Mis à jour le 28/10/2003 - 00h00

L'espoir d'une victoire sur le cancer s'amenuise. Si de nouveaux médicaments étaient censés nous délivrer de ce fléau mortel, les cellules cancéreuses se révèlent hélas bien trop " malignes ".

Toute la vérité sur l'alcool Mis à jour le 15/02/2010 - 00h00

L'alcool est l'objet de nombreuses croyances et fausses idées, chacun adoptant bien souvent celles qui l'arrangent... Voici des réponses claires à 5 questions, et notamment, quelle est la bonne dose d'alcool bénéfique à la santé ?

Pourquoi les femmes doivent protéger leur cœur Publié le 21/09/2015 - 10h16

Si vous avez l’impression que les maladies cardiovasculaires (infarctus, AVC…) visent surtout les hommes, vous n’êtes pas seul(e). Mais vous vous trompez ! Les maladies cardiovasculaires sont en effet tout aussi dangereuses, voire plus, pour les femm...

Plus d'articles