PUBLICITÉ

Quand le sucre permet de prévenir l'infarctus

Publié par Adaptation Pierre Dewaele, journaliste médical et scientifique le 11/03/2002 - 00h00
-A +A

Chez les personnes âgées, l'élévation du taux de sucre sanguin (glycémie) constitue un facteur aggravant du risque cardio-vasculaire. Il apparaît après étude, que la mesure de la glycémie deux heures après l'absorption de glucose, chez les personnes non diabétiques, permet de prédire efficacement ce risque, mieux que ne peut le faire la mesure de la glycémie à jeun. Une analyse qui devrait donc permettre de prévenir davantage d'accidents cardio-vasculaires.

PUB
SOMMAIRE

On sait par expérience, qu'un taux élevé de sucre accroît fortement le risque de complications cardio-vasculaires chez les personnes diabétiques. La glycémie de ces patients est d'ailleurs régulièrement contrôlée. Les médecins cherchant à obtenir un indicateur fiable pour évaluer ce risque chez le patient non diabétique, ont donc mis la mesure de la glycémie au banc d'essai.

Prédictif

Une vaste étude a été conduite auprès de 4000 personnes de plus de 65 ans, non diabétiques et sans antécédent vasculaire (accident vasculaire cérébral ou infarctus du myocarde). Ces personnes ont été suivies sur une période de plus de 8 ans et les médecins ont pu mettre en parallèle deux méthodes de mesure de la glycémie et la survenue d'accidents vasculaires. La première de ces méthodes consistait à mesurer la glycémie à jeun ; la deuxième était une mesure de l'hyperglycémie orale provoquée, ou HGPO. Cette dernière consiste à doser la glycémie deux heures après l'absorption d'une dose fixe de glucose.Après analyse des données, il résulte que seule la glycémie à deux heures (HGPO) permet d'évaluer précisément le risque d'accidents cardio-vasculaires.

L'évaluation du risque cardio-vasculaire, en particulier chez le sujet âgé, est importante. En effet, le fait de disposer d'un indicateur fiable de ce risque permet de mettre en place une prise en charge rapide et précoce et d'éviter ainsi d'arriver (autant que faire se peut) à des situations d'urgence.

Publié par Adaptation Pierre Dewaele, journaliste médical et scientifique le 11/03/2002 - 00h00 Smith N.L. et Coll. Arch. Intern. Med. 2002; 162:209-216
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Diabète de type 2 : attention aux hypoglycémies ! Mis à jour le 18/11/2015 - 12h37

Soigner le diabète, c'est avant tout contrôler la glycémie tout en évitant les hypoglycémies, un risque encore négligé dans le diabète de type 2 . Or les hypoglycémies sévères ont des conséquences parfois très graves, avec un risque d’hospitalisation...

Cannelle et diabète, quelle relation ? Publié le 01/08/2017 - 16h09

La cannelle est traditionnellement utilisée dans certains pays asiatiques dans le traitement du diabète. Son intérêt dans cette indication se confirme scientifiquement. Il existe d'ailleurs aujourd'hui des compléments nutritionnels de cannelle pour d...

Plus d'articles