PUBLICITÉ

Quand est-on prêt à faire l'amour pour la première fois ?

Mise à jour par Dr Catherine Solano, médecin sexologue le 11/09/2014 - 10h07
-A +A

Quand est-on prêt(e) à faire l'amour ?
Chacun doit bien sûr en décider pour lui.

Nous n'avons d'autre ambition que de vous donner des pistes de réflexion.
Elles sont utiles pour vous-même si vous pensez à commencer votre vie sexuelle tôt ou tard, ou si vous êtes parents pour aider vos enfants à se situer et à faire leurs choix avec réflexion.

PUB

Alors, on peut être prêt à faire l'amour quand :

On est prêt soi-même

  • •On a plus de 16 ans.
    C'est l'âge de la majorité sexuelle en Belgique. Il est interdit de faire l'amour avec un mineur de moins de 16 ans. C'est puni par la loi.
  • On s'est informé(e) sur les risques de grossesse, les infections sexuellement transmissibles.
    La moindre des choses, c'est de ne pas risquer sa vie, ni celle de l'autre.
  • On éprouve du désir.
    C'est le minimum évident pour faire l'amour. Pourtant, certaines personnes se lancent dans l'aventure pour faire comme les copains, ou pour ne pas dire non !
    C'est une erreur, car sans désir, la sexualité n'est jamais à la hauteur des espérances.
  • On est capable de penser aux conséquences les plus difficiles.
    Les échecs de contraception, ça existe. Que ferait-on dans ce cas ? Avortement ou grossesse assumée ?
    Il vaut mieux y penser avant, même si c'est rare.

On est prêt face à l'autre

  • On a apprivoisé le corps de l'autre.
    Se lancer de but en blanc dans une relation sexuelle, c'est angoissant.
    L'idéal, c'est de passer tranquillement par des stades intermédiaires, des baisers aux caresses les plus intimes.
    En moyenne, cela prend trois ans de passer du baiser au rapport sexuel complet !
  • On comprend que l'amour, ce n'est pas seulement de la gymnastique !
    Faire l'amour, c'est exprimer quelque chose de ses sentiments envers l'autre. C'est un langage.
  • On prend conscience de sa responsabilité par rapport à l'autre.
    Quand on aime, quand on est aimé, on peut donner du bonheur… ou faire beaucoup de mal.
    Quand on respecte l'autre. Il (ou elle) n'est pas un jouet, pas un objet à donner du plaisir !

Initialement publié par Dr Catherine Solano, médecin sexologue le 22/01/2008 - 00h00 et mis à jour par Dr Catherine Solano, médecin sexologue le 11/09/2014 - 10h07
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Dites-leur que vous les aimez... Mis à jour le 22/06/2004 - 00h00

Aimer ses enfants, c'est souvent facile. Le leur montrer, leur dire, peut être moins simple. Ou plutôt, nous pouvons avoir l'impression que c'est tellement évident qu'il n'y a rien à dire ! Pourtant, quand on perd quelqu'un que l'on aime, le regret l...

Plus d'articles