PUBLICITÉ

Pour quel travail es-tu fait mon enfant ?

Publié par Dr Catherine Solano, adapté par C. De Kock, journaliste santé le 23/03/2004 - 00h00
-A +A

Les parents, les adultes de l'entourage peuvent, en complément de l'école, aider un jeune à réfléchir à son avenir.

PUB

Un entretien avec Thierry Carabin, auteur de " Pour quel travail êtes-vous fait ? " aux éditions Flammarion.

" Il faut aussi prendre en compte son comportement, explique Thierry Carabin, et ca, l'école ne le fera jamais à votre place. " Il est donc important de l'encourager à prendre conscience de sa manière d'être et de ce qui l'épanouit. Aime-t-il travailler en groupe ou plutôt seul ? Préfère-t-il les activités d'intérieur ou d'extérieur ? Choisirait-il des contacts humains dans une équipe fermée, toujours la même, ou plutôt ouverts sur l'extérieur ? Préfère-t-il créer, échanger, inventer ? Qu'est-ce qui le rendrait heureux ? S'occuper d'enfants ? d'animaux ? Une pratique intellectuelle ou plutôt manuelle ?

Un exemple. Juliette adore son travail : " Je n'aime pas travailler en équipe, j'aime être mon propre patron. Et à l'école, j'avais beau être une bonne élève, je rêvais d'un métier manuel. C'est pour cela que je me sens vraiment à ma place dans mon activité ! Je suis dentiste et cela me convient très bien ! "

" Et puis, encouragez-le à voir la réalité d'un métier, continue M. Carabin. Une voie le tente ? Faites le rencontrer des adultes qui travaillent dans ce domaine. Ainsi, il sera en contact avec la réalité et ne fantasmera pas sur un métier qui le décevrait profondément.L'idéal serait d'ailleurs que les parents parlent de leur métier et de celui de leur entourage avec leurs enfants et adolescents. Qu'ils mettent aussi à contribution leurs invités lors de dîners ou de rencontres. Ainsi, les jeunes pourraient poser des questions et découvrir des orientations auxquelles ils n'avaient jamais pensé. J'ai déjà été invité, ajoute Thierry Carabin, à parler travail et métier avec les enfants de mes hôtes… et certains m'en parlent encore 10 ans après, tant cette ouverture les a intéressés. "

" À l'école, on parle souvent de voie royale, et ceux qui prennent une autre voie, on considère qu'ils échouent ! Cette facon de penser est destructrice. Il ne faut jamais procéder à une classification dans les métiers, mais exprimer que chaque personne est différente et doit trouver sa place. Nous avons besoin de tous les métiers ! J'ai horreur de l'expression " petit boulot ", remarque encore l'auteur. Elle dévalorise certaines activités alors que nous en bénéficions tous ! "

D'ailleurs, certains préféreront un métier tranquille dans lequel ils ne s'investissent pas trop, quitte à vivre une passion en parallèle. Personne n'est obligé d'avoir un métier formidable ou de vouloir gagner beaucoup d'argent. L'idée de réussite varie selon chaque individu. Elle peut correspondre à des choses très différentes : faire des affaires ou gagner de l'argent, se sentir utile ou créer, être reconnu par une communauté ou voyager beaucoup…Notre vie est un tout et le travail doit s'insérer harmonieusement avec les autres domaines : vie familiale, hobbys…

Et, à partir de 12 ans, vous pouvez l'encourager à passer un bilan d'orientation avec un psychologue scolaire. En deux heures d'entretien, il peut déjà dégager quelques idées, le faire réfléchir, l'aider à structurer sa réflexion.

Et surtout, quand vous parlez avenir avec lui, ne cherchez pas absolument à trouver une réponse immédiate. Le chemin vers le futur se construit peu à peu ! Une question bien posée peut l'aider à réfléchir, à avancer, à se positionner. C'est ce que vous devez viser, et non vouloir à tout prix trouver une réponse comme si le problème pouvait être résolu une fois pour toutes !

Publié par Dr Catherine Solano, adapté par C. De Kock, journaliste santé le 23/03/2004 - 00h00
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Comment expliquer l'absentéisme scolaire ? Mis à jour le 11/09/2007 - 00h00

Le nombre d'enfants qui " sèchent " les cours a beaucoup augmenté. Et il ne concerne plus seulement certains enfants en difficulté, mais se répand même chez les bons élèves. Aujourd'hui, 5% des élèves, tous établissements scolaires confondus, sont to...

Témoignage : notre fille a une trisomie 21 Publié le 26/04/2016 - 14h20

Gladys a cinq ans. Elle adore les spaghettis sans sauce, Magic System et ses deux sœurs. Elle aime moins la sauce des spaghettis, la violence à la télé et les siestes. Elle a un sale caractère mais fait fondre son entourage grâce à son sens de l’humo...

Dites-leur que vous les aimez... Mis à jour le 22/06/2004 - 00h00

Aimer ses enfants, c'est souvent facile. Le leur montrer, leur dire, peut être moins simple. Ou plutôt, nous pouvons avoir l'impression que c'est tellement évident qu'il n'y a rien à dire ! Pourtant, quand on perd quelqu'un que l'on aime, le regret l...

Plus d'articles