PUBLICITÉ

Portions: un rapport entre la taille et l'énergie...

Publié par Nicolas Rousseau, diététicien nutritionniste le 02/10/2007 - 00h00
-A +A

Multipacks, promotions, portions king size, notre société de consommation met souvent tout en Œuvre pour pousser à la surconsommation. Un phénomène qui a des répercussions directes sur les apports énergétiques.

PUB

Notre environnement alimentaire est à l'échelle de la planète: en pleine évolution! Et l'un des marqueurs de ces modifications est certainement la taille des portions. En quelques décennies, celle-ci a opéré des hausses successives, qui semblent jouer un rôle important dans l'adoption de comportements alimentaires inappropriés. Pour certains scientifiques, les mensurations des portions sont directement liées à l'explosion de l'obésité. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si l'essentiel de la recherche sur le sujet est mené depuis 25 ans au pays de l'Oncle Sam, pays de toutes les extravagances en la matière…

Les yeux plus gros que le ventre

C'est dans ce contexte particulier que des chercheurs américains ont examiné les effets d'expositions répétées à différentes tailles de portions alimentaires sur l'apport énergétique. Leur petite expérience a impliqué 19 employés d'un centre médical. Pendant deux mois, ceux-ci ont recu des paquets repas.
Deux types de paquets repas étaient proposés, apportant soit 1528 soit 767 kcal, où seules les tailles de portions étaient différentes. Les repas étaient en moyenne constitués de 44% de lipides, ce qui correspond à l'alimentation (grasse) de l'américain moyen.
Verdict: les chercheurs ont pu constater que lorsque les sujets recevaient le paquet repas le plus calorique, l'apport énergétique lors du déjeuner était supérieure de 332 kcal, et l'apport énergétique sur la journée était supérieur de 278 kcal. En clair, la taille du repas servi a une influence directe sur le comportement: plus nous avons dans notre assiette, plus nous mangeons, quelle que soit notre faim.

Pas de compensation

Le drame est - d'autres études le confirment - que l'organisme ne manifeste aucun comportement de compensation face à la formule extra-large. Les repas qui suivent l'orgie ne sont pas moins calorique et la journée alimentaire suit son cours normal.
Une attitude qui n'est pas sans effet sur le poids. Dans cette étude à court terme, avec les paniers repas contenant 767 kcal, la prise de poids moyenne sur le mois s'élevait à 0,06 kg. Avec les paniers repas contenant 1528 kcal, la prise de poids moyenne sur le mois s'élevait à 0,64 kg. L'exposition chronique à des portions alimentaires surdimensionnées est donc, clairement, un facteur de risque de surpoids à long terme.
De bons réflexes au quotidien sont déjà d'éviter les offres promotionnelles, souvent disproportionnées, de privilégier un service à table dans des assiettes au volume adapté et de se méfier aussi de la taille des portions de certaines gammes de produits (glaces, allégés, sodas, chips, biscuits…).

Publié par Nicolas Rousseau, diététicien nutritionniste le 02/10/2007 - 00h00 Jeffery RW et al (2007). International Journal of Behavioral Nutrition and Physical Activity, Vol 4, pp 27
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Plus d'articles