Pilules de quatrième génération: le point sur les risques

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 12/12/2011 - 11h58
-A +A

On a beaucoup parlé ces derniers temps, suite à une étude, des risques qui s'attachent à une hormone de synthèse, la drospirénone. Celle-ci est utilisée dans des pilules de quatrième génération – Yaz, Yasmine ou Yasminelle.

PUB

Quels sont les risques pour les pilules de quatrième génération?

Le risque, c'est une augmentation des accidents vasculaires cérébraux et des thromboses. En effet, les pilules contraceptives augmentent le risque qu'un caillot se forme dans la circulation sanguine; si ce caillot va ensuite boucher une artère ou une veine, c'est la thrombose ou l'embolisme.

On sait depuis longtemps que toutes les pilules augmentent le risque de thrombose. Selon une étude récente cependant (1), une comparaison entre la drospirénone et les pilules contraceptives du deuxième génération (lévonorgestrel) révèle un risque de 1,5 à 3 fois plus élevé pour la pilule à la drospirénone. Il reste cependant faible – de 1,5 à 3 pour 10 000 femmes qui prennent la pilule pendant une année entière.

Quels sont les avantages des pilules de la quatrième génération?

Lors de leur arrivée sur les marchés, ces pilules contraceptives à la drospirénone avaient suscité l'enthousiasme. Moins dosées que les précédentes, elles sont réputées mieux tolérées et ont des effets secondaires bénéfiques, comme une diminution de l'acné ou du syndrome prémenstruel. Aujourd'hui c'est un peu la déconvenue; les fabricants ont dû ajouter une mention du risque dans la notice de ces pilules.

Initialement publié par Marion Garteiser, journaliste santé le 12/12/2011 - 11h58 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 12/12/2011 - 11h58

Gronich, N. et al., Canadian Medical association Journal, novembre 2007. Santé Canada.

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
mininamour

Bonjour je me pose mille questions sur ces pilules ! j'ai pris trinordiol (catégorie?)très jeune (dès 12 ans ) avec un arrêt d'un an pour l’arrêter définitivement à 18 ans et demi. à l'époque c'était le médecin de famille qui me l'a prescrivait et point de vue contrôle il ne faisait que le cholestérol. à 29 ans lors de ma dernière grossesse j'ai fait une trhombophlébite cérébral assez grave (j'ai faillit en mourir).
Les médecins n'ont pas trouver de provenance ....
pensez vous que si longtemps après l'arret de la pilule ça peut être ça qui est causé ma maladie ?
j'ai peur de tél à ma gynéco . Merci de votre réponse

PUB
A lire aussi
Pilule et risque cardiovasculaire : le point Publié le 18/10/2005 - 00h00

La pilule augmente le risque de phlébite. Certes, très légèrement, mais suffisamment pour que la contraception orale estroprogestative soit contre-indiquée chez les femmes qui présentent déjà un risque cardiovasculaire. Petit rappel des contre-indica...

Plus d'articles