PUBLICITÉ

Les personnes diabétiques ont leur passeport ...

Publié par Pierre Dewaele, journaliste médical et scientifique le 11/03/2003 - 00h00
-A +A

Depuis le début de ce mois, un passeport pour les personnes présentant un diabète de type 2 est disponible. L'intérêt de ce passeport n'est pas de recenser les personnes souffrant de diabète de type 2. Il s'agit de leur permettre d'avoir accès à un nombre de services de soins plus importants tout en dépensant moins.

PUB

Ceci implique donc la participation de différents intervenants : INAMI, médecins, podologues… Concrètement, tout ne sera mis en place que début avril… Rappelons que le diabète de type 2 constitue, et de loin, le diabète le plus fréquent dans nos pays industrialisés. En Belgique, on estime qu'un diabétique type 2 s'ignore et que parmi ceux qui connaissent leur maladie, 50% ne sont pas traités convenablement. A terme, les complications du diabète entraînent un nombre de maladies cardio-vasculaires très important ainsi que des problèmes au niveau rénal (néphropathies), oculaire (cécité), cutané (gangrène), …

Initiative conjointe

Depuis le 3 mars, les personnes diabétiques de type 2 recevront une attestation de leur médecin traitant. Celle-ci leur permettra d'obtenir un passeport auprès de leur mutualité. Ce passeport constitue un outil afin de faciliter l'accès aux soins. Le passeport du diabète a été élaboré conjointement par la Wetenschappelijke Vereniging van Vlaamse Huisartsen (WVVH), la Société scientifique de médecine générale (SSMG), la Vlaamse DiabetesVereniging (VDV) (http://www.diabetes-vdv.be) et l'Association belge du Diabète (ABD) (http://www.diabete-abd.be).Dans ce passeport, la personne diabétique type 2 retrouve une foule d'informations :

  • elle peut savoir quand il est recommandé qu'elle se rende chez le généraliste pour un prochain contrôle ;
  • elle retrouve quels sont les soins qui ont été donnés ainsi que l'évolution de son état de santé ;
  • elle recoit des conseils pratiques concernant son mode de vie et aux comportements à adopter en cas de situations d'urgences.

Des soins moins chers

Comme le précise le communiqué de Frank Vandenbroucke, " le passeport du diabète constitue aussi un instrument important dans la collaboration renforcée entre MG, endocrinologues, podologues et diététiciens. Désormais, le généraliste vérifiera au moyen d'un certain nombre de données (qui doivent être régulièrement complétées dans le passeport) si une consultation chez un diététicien ou un podologue agréés est indiquée. "Les patients diabétiques qui vont en consultation chez un podologue ou un diététicien reconnus seront remboursés. Les tarifs sont repris dans le tableau ci-dessous :

actuellement (pas de remboursement) Passeport du diabète
Honoraire Quote-part personnelle
  Ordinaire VIPO
Consultation chez le podologue Libre 23,48 euros 5,87 euros 2,34 euros
Consultation chez le diététicien Libre 15,65 euros 3,91 euros 1,56 euros
Le ticket modérateur est comptabilisé dans le Maximum à facturer (en francais : " Le Maximum à Facturer (MàF) est enfin accessible à tous ". Pour ces consultations, une durée minimum a également été fixée : 45 minutes chez le podologue et 30 minutes chez le diététicien. En ce qui concerne le diététicien, il est possible d'opter pour une consultation remboursée d'une heure minimum. Après chaque consultation, le diététicien et le podologue transmettent un rapport au médecin généraliste, qui fait toujours fonction de pivot central. L'objectif de tout ceci est de réduire les complications dues au diabète et qui coûtent très cher tant d'un point de vue humain (qualité de vie, mutilations,…) que du point de vue de la sécurité sociale.

Publié par Pierre Dewaele, journaliste médical et scientifique le 11/03/2003 - 00h00 Communiqué de presse de F Vandenbroucke, 28/02/03
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Diabète de type 2: quel est mon risque de diabète? Publié le 18/06/2012 - 10h28

Êtes-vous à risque de diabète? Pour le savoir, listez vos facteurs de risque. Ensuite, discutez-en avec votre médecin, un dépistage du diabète pouvant se révéler judicieux. Celui-ci repose sur une simple prise de sang à jeun, mesurant votre glycémie...

Belges, vous n'en savez pas assez sur le diabète! Publié le 18/02/2008 - 00h00

C'est l'une des maladies les plus fréquentes de nos sociétés modernes (c'est-à-dire sédentaires et trop bien nourries). C'est aussi, on vient d'en avoir une nouvelle preuve, l'une des plus méconnues!

Plus d'articles