PUBLICITÉ

Parkinson : un test particulièrement simple

Publié par Dr Philippe Presles, adapté par C. De Kock, journaliste santé le 04/10/2005 - 00h00
-A +A

La médecine, elle aussi, est entrée dans l'ère de la haute technologie. Les tests génétiques et les techniques d'imagerie ne cessent de nous impressionner par leur évolution et leurs performances. Toutefois, il arrive encore que des tests particulièrement simples se révèlent tout aussi efficaces. Il semblerait que ce soit le cas du test d'applaudissement pour diagnostiquer un syndrome parkinsonien.

PUB
SOMMAIRE

Une équipe parisienne de l'Hôpital de la Salpêtrière vient de décrire un nouveau test clinique : le signe d'applaudissement. Celui-ci permet de faire le diagnostic d'un syndrome parkinsonien. Jugez vous-même de la simplicité : il suffit de demander au patient d'applaudir trois fois, et seulement trois fois. Si le patient applaudit plus de trois fois, le diagnostic est fait, il est atteint d'un syndrome parkinsonien. Afin de valider cette méthode, les auteurs ont fait passer ce test à 37 sujets sains, 17 patients atteints de la maladie de Parkinson, 42 sujets ayant un syndrome parkinsonien (autre que la maladie de Parkinson) et 24 patients atteints d'un autre type de démence (fronto-latérale). L'impossibilité de n'applaudir que trois fois consécutives s'est manifestée chez 70% des sujets souffrant de la maladie de Parkinson ou d'un syndrome apparenté. Ce signe n'a jamais été retrouvé chez les sujets contrôles. Cette incapacité à contrôler le nombre d'applaudissements peut être attribuée au dysfonctionnement cérébral caractéristique des personnes atteintes de la maladie de Parkinson et des autres syndromes apparentés, une paralysie dite supranucléaire progressive (PSP). Celle-ci entraîne une difficulté à élaborer un programme de trois applaudissements et ensuite à inhiber une activité automatisée.

A savoir

La maladie de Parkinson est la plus fréquente des affections dégénératives du système nerveux central. Elle a en commun avec les syndromes parkinsoniens, une paralysie supranucléaire progressive. Elle partage avec les syndromes parkinsoniens à peu près la même symptomatologie, mais la distinction est nécessaire du fait d'une réponse différente aux thérapeutiques proposées.

Publié par Dr Philippe Presles, adapté par C. De Kock, journaliste santé le 04/10/2005 - 00h00 Dubois B. et coll., Neurology, 64 : 2132-2133, 2005.
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Ecstasy : des dégâts irréversibles ! Mis à jour le 15/10/2002 - 00h00

Selon les résultats obtenus par le neurologue George Ricaurte, une prise occasionnelle d'ecstasy provoque des dégâts considérables, en détruisant 40% des neurones dopaminergiques. Ces derniers sont notamment situés dans une région cérébrale impliquée...

Le sport au secours de Parkinson Publié le 16/04/2013 - 13h59

Pendant longtemps, on a cru que sport et Parkinson ne faisaient pas bon ménage. Les médecins avaient plutôt tendance à mettre leurs patients en garde contre toute fatigue inutile. Aujourd'hui, les personnes atteintes de la maladie de Parkinson sont d...

Plus d'articles