PUBLICITÉ

Parkinson: stimulation cérébrale profonde à un stade précoce

Publié par C. De Kock, journaliste santé le 10/07/2007 - 00h00
-A +A

Une étude récente démontre que l'utilisation précoce de la stimulation cérébrale profonde (SCP) peut améliorer la qualité de vie des patients atteints de la maladie de Parkinson. Notre pays compte 35.000 parkinsoniens et, chaque année, près de 100 patients en plus sont traités par SCP.

PUB

Même à un stade précoce

La stimulation cérébrale profonde combinée à une modification du traitement médicamenteux peut être supérieure au traitement médicamenteux seul, même pour les patients à un stade moins avancé et pour les patients malades depuis moins de 10 ans. L'étude a suivi pendant 18 mois 20 patients atteints de la maladie de Parkinson à un stade précoce. Ces patients ont été répartis en deux groupes, qui ont recu respectivement une SCP ou un traitement médicamenteux. Contrairement aux évaluations antérieures de la stimulation cérébrale profonde dans la maladie de Parkinson, les patients de cette nouvelle étude avaient moins de 55 ans au moment de leur inclusion dans l'étude, exercaient toujours une activité professionnelle et la maladie de Parkinson avait été diagnostiquée depuis 5 à 10 ans. Ils ne présentaient que des symptômes légers à modérés de la maladie mais avec des complications motrices inquiétantes, malgré un traitement médicamenteux optimisé. La durée moyenne de la maladie était de 6,8 ans. Les patients à ce stade ne sont généralement traités par SCP que dans des cas exceptionnels.

Une amélioration appréciable

La qualité de vie de ces patients a été mesurée à l'aide de l'échelle PDQ-39, spécifique de la maladie de Parkinson. Les chercheurs ont constaté que la stimulation cérébrale profonde apportait une amélioration de 24% de la qualité de vie et une réduction de 69% de la sévérité des symptômes moteurs. En outre, les patients ont pu réduire leur consommation de médicaments dopaminergiques de 57% en moyenne. Dans le groupe de contrôle, aucune amélioration de la qualité de vie n'a été observée, les symptômes moteurs se sont aggravés de 29% et la consommation moyenne de médicaments a augmenté de 12%.

Publié par C. De Kock, journaliste santé le 10/07/2007 - 00h00 Communiqué de presse "De nouveaux espoirs pour les parkinsoniens", Medtronic, 15 mars 2007.
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Ecstasy : des dégâts irréversibles ! Mis à jour le 15/10/2002 - 00h00

Selon les résultats obtenus par le neurologue George Ricaurte, une prise occasionnelle d'ecstasy provoque des dégâts considérables, en détruisant 40% des neurones dopaminergiques. Ces derniers sont notamment situés dans une région cérébrale impliquée...

Plus d'articles