PUBLICITÉ

Le paracétamol a 110 ans

Publié par C. De Kock, journaliste santé le 21/10/2003 - 00h00
-A +A

L'action analgésique et antipyrétique du paracétamol a été découverte à la fin du XIXe siècle. Pourtant, ce n'est qu'à la fin des années 50 que les premiers comprimés de paracétamol ont été commercialisés.

PUB

Le paracétamol exerce une action analgésique. Il est indiqué dans le traitement symptomatique des maux de tête, des maux de dents, des règles douloureuses, de l'arthrose, des lombalgies, des douleurs articulaires et des douleurs causées par une chute ou une inflammation. Il possède en outre une action antipyrétique.

Le plus populaire

Il agit en inhibant la production de prostaglandines, les substances chimiques qui transmettent les stimuli douloureux au cerveau. Alors que l'aspirine et les anti-inflammatoires non-stéroïdiens neutralisent les stimuli douloureux à la source de la douleur, le paracétamol agit au niveau du cerveau.C'est l'analgésique le plus populaire au monde. Il est sûr, très bien toléré, n'irrite pas l'estomac et, à des doses normales, il n'a pratiquement aucun effet indésirable. Il convient donc également - à des doses adaptées en fonction de l'âge et du poids - aux enfants et aux nourrissons, par exemple pour faire tomber la fièvre après les vaccinations. Enfin, les dentistes utilisent souvent le paracétamol comme analgésique parce qu'il ne dilue pas - ou à peine - le sang.

Le fruit du hasard

L'action analgésique et antipyrétique du paracétamol a été découverte à la fin du XIXe siècle. A cette époque, les antipyrétiques étaient fabriqués à partir d'éléments naturels tels que l'écorce du saule ou du quinquina (dont est extraite la quinine). Cette molécule plus que centenaire est née d'un heureux hasard. A la suite d'une erreur de liaison, deux médecins découvrent en 1886 les propriétés antipyrétiques de l'acétanilide. L'acétanilide est alors synthétisé à partir de l'aniline, molécule clé de l'industrie des colorants. Les dérivées de l'aniline déjà connus à l'époque, et notamment la phénacétine, suscitent alors l'intérêt des médecins. En 1893, le médecin allemand J.von Mehring publie ainsi les résultats de ses études cliniques sur le paracétamol. Toutefois, ces dérivés de l'aniline en raison de leur toxicité sur l'hémoglobine, et bien que le paracétamol se montrât plus sûr, ne connurent pas le succès de l'aspirine.Rebondissement en 1948-49, lorsque les chercheurs américains B.B.Brodie, F.B.Flinn et A.E.Axelrod découvrent que l'acétanilide et la phénacétine sont dégradés par l'organisme en divers produits, dont le paracétamol. Ils démontrent ensuite que seul le paracétamol est la molécule active contre la douleur et la fièvre et que les autres produits de dégradation induisent les effets toxiques observés. Le paracétamol est introduit comme médicament dans la seconde moitié des années 50. Antipyrétique et analgésique, mais non anti-inflammatoire, le paracétamol est un médicament souvent utilisé à la place de l'aspirine, car il ne présente pas ses contre-indications.

Publié par C. De Kock, journaliste santé le 21/10/2003 - 00h00 Communiqué de presse Dolol-instant, Sandipro, octobre 2003.
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Grossesse: attention au paracétamol Mis à jour le 08/11/2010 - 00h00

Une femme enceinte qui prend presque quotidiennement du paracétamol , double le risque d'apparition chez l'enfant d'une respiration sifflante, un facteur de prédisposition à l'asthme.

Plus d'articles