PUBLICITÉ

Oser la solidarité !

Publié par Pierre Dewaele, journaliste médical et scientifique le 15/10/2002 - 00h00
-A +A

Mieux vaut naître riche et en bonne santé que pauvre… L'adage est connu mais une étude sur la santé des Belges vient de le vérifier.

PUB

Le très sérieux Institut Scientifique de la Santé Publique vient en effet de publier un rapport " Différences socio-économiques en Santé " dans lequel il apparaît qu'un statut social bas contribue à une plus mauvaise santé. Jusque-là, rien de neuf !Malgré un bien-être grandissant pour toutes les couches de la société, les chercheurs constatent avec étonnement que les différences par rapport à la santé ne s'estompent pas !

Mieux vivre

C'est ainsi que la mortalité cardio-vasculaire est inversement proportionnelle au niveau socio-économique. Sur le plan de la mortalité infantile, la Belgique a connu de grandes variations au sein des différentes régions. Ainsi cette mortalité était plus haute en Flandre qu'en Wallonie jusqu'à la Deuxième Guerre Mondiale alors que la tendance s'est inversée jusqu'en 1984. La mortalité infantile et du nourrisson est plus importante dans les milieux défavorisés. Cette différence est d'autant plus visible si on s'intéresse uniquement aux maladies évitables. Ceci est vrai pour l'enfant mais surtout pour l'adulte.Ces décès accrus sont forcément liés à l'état de santé. L'Organisation Mondiale de la Santé a montré que le meilleur élément prédictif consiste en l'état de santé ressenti. Ceci est évidemment purement subjectif mais la santé percue est clairement liée à l'espérance de vie sans limitation fonctionnelle.

Ainsi, une personne qui se sent bien même si elle est âgée vivra plus longtemps et sera moins handicapée qu'une autre se sentant en mauvaise santé à un moment donné.

Pas une fatalité !

Or, cet élément prédictif est lié non seulement aux facteurs socio-économiques mais aussi éducationnels. " Les personnes de niveau scolaire bas peuvent s'attendre pendant leur vie plus courte à un plus grand nombre d'années avec des limitations ", explique le rapport.Rien n'est définitif cependant. Ces différents constats sont peu engageants mais il signifie qu'une personne qui se sent en mauvaise santé ou qui ne bénéficie pas de revenus élevés devrait pouvoir consulter sans tarder un professionnel de la santé afin d'augmenter sa chance de vivre plus longtemps et en meilleure santé. Bien sûr, ce sont ces personnes qui ont le moins accès à l'information et au système de soins.

C'est la raison pour laquelle une politique active de solidarité doit être menée favorisant par le fait même une réduction des inégalités.
Publié par Pierre Dewaele, journaliste médical et scientifique le 15/10/2002 - 00h00 " Différences socio-économiques en Santé ", Institut Scientifique de la Santé Publique
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Méningite C en baisse ! Mis à jour le 03/09/2002 - 00h00

Les effets favorables de la vaccination contre la méningite C se font déjà sentir en Flandre, selon un rapport récent de l'Institut Scientifique de la Santé Publique (ISP).

Plus d'articles