PUBLICITÉ

Oméga 3, oméga 6: une question d'équilibre

Publié par Gilles Goetghebuer, journaliste santé le 25/09/2007 - 00h00
-A +A

Les acides gras essentiels de la famille oméga sont les stars actuelles de la diététique. Mais peut-être n'insiste-t-on pas assez sur l'importance de conserver un bon équilibre des apports. Explications.

PUB

Tous gros demain?

Le professeur Pierre Weill (Université de Rennes), auteur d'un livre récemment publié chez Plon, "Tous gros demain?", accorde une importance déterminante à la proportion des acides gras poly-insaturés de la famille oméga dans l'alimentation et souligne, avec force détails, que les dérivés des oméga 6 sont pro-inflammatoires alors que les oméga 3 exercent l'effet inverse. Qui plus est, les acides gras peuvent aussi agir directement sur le développement des adipocytes (cellules responsables du stockage des graisses). Alors que les oméga 3 inhibent leur prolifération, les oméga 6 la favorisent au contraire. Les uns et les autres sont certes nécessaires au bon fonctionnement de l'organisme, mais l'assimilation doit se faire à raison d'environ 3 à 5 oméga 6 pour un oméga 3. Mais il apparaît que nous serions confrontés aujourd'hui à une grave situation de déséquilibre au point qu'on songe de plus en plus sérieusement à l'excès d'oméga 6 comme cause première de l'obésité.

Et chez les sportifs?

Des bilans sanguins très pointus permettent aujourd'hui d'établir un statut en oméga 3 et oméga 6 pour définir une sorte de statut lipidique des personnes par l'analyse de la composition des membranes des globules blancs. En France, de nombreux sportifs de haut niveau ont été soumis à ce type d'examens. Les conclusions, très homogènes quelles que soient les disciplines considérées, sont aussi très inquiétantes et peuvent sans risque être extrapolées à la Belgique. Ainsi, sur un échantillon de près de 120 athlètes testés depuis 2005 dans des disciplines comme le triathlon, la natation, le foot ou le rugby, plus de 80% se caractérisaient à la fois par un statut en oméga 3 nettement insuffisant et par un taux d'oméga 6 (acide arachidonique) nettement trop important. Les plus gros déséquilibres s'observent dans le rugby. Cela se traduit par des blessures chroniques et une plus grande vulnérabilité aux maladies.

Publié par Gilles Goetghebuer, journaliste santé le 25/09/2007 - 00h00
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Pourquoi faut-il manger plus d'oméga-3 ? Publié le 13/06/2014 - 15h14

Pourquoi faut-il manger plus d'oméga-3 ? La réponse à cette question est très simple. C'est parce que nous mangeons de moins en moins d'oméga-3 et de plus en plus d'oméga-6. Comment en est-on arrivé là ? Et pourquoi cet équilibre oméga-3 / oméga-6 es...

Oméga-3 et oméga-6: un subtil équilibre Mis à jour le 19/04/2010 - 00h00

Tout le monde parle des oméga-3 , ces précieux acides gras dont nous manquons et dont les effets sur la santé sont tellement bénéfiques. Pourtant, il ne suffit pas d'augmenter nos apports en oméga-3 pour profiter de leurs bienfaits. Pourquoi, comment...

Le top 10 des aliments les plus riches en oméga-3 Publié le 26/01/2015 - 15h54

Aujourd’hui, tout le monde sait que les poissons sont riches en oméga-3. Mais ce ne sont pas les seuls aliments pouvant contribuer à nos apports quotidiens. Voici les 10 aliments les plus riches en oméga-3 , à mettre au menu régulièrement pour faire...

Huile végétale : la revanche des oméga-6... Publié le 10/03/2015 - 08h58

Ces dernières années, les acides gras oméga-3 ont été portés aux nues, au détriment des acides gras oméga-6 diabolisés dans la santé cardiovasculaire. Pourtant, ceux-ci ne sont pas mauvais pour la santé...

Plus d'articles