Du neuf pour les diabétiques

Publié par Pierre Dewaele, journaliste médical et scientifique le 26/11/2002 - 00h00
-A +A

Des Belges se distinguent en découvrant une nouvelle voie de traitement pour les diabétiques insulino-dépendants mais ceci n'a pas encore dépassé le stade du laboratoire…

PUB

Le diabète de type 1, ou diabète insulino-dépendant, est une maladie au cours de laquelle les cellules bêta du pancréas, qui sécrètent l'insuline, sont détruites. Il n'y a donc plus d'insuline. Il convient de la remplacer en demandant régulièrement à la personne diabétique de s'injecter au moment des repas de l'insuline. Cependant, certains diabètes sont difficiles à stabiliser : les personnes qui en souffrent présentent soit un taux de sucre trop important dans le sang (hyperglycémie) ou trop bas (hypoglycémie). Si, à court terme, cette dernière situation est dangereuse car elle provoque des pertes de conscience, voire un coma ou la mort, l'hyperglycémie provoque à long terme des complications cardio-vasculaires mais aussi de la cécité (perte de la vue) ou entraîne des amputations pour gangrène liée à une perte de perméabilité des vaisseaux sanguins dans les jambes. Hypoglycémie et hyperglycémie sont aussi présentes chez les personnes souffrant de diabète de type 2, ou diabète dit " gras " ou de la maturité.

Modifier et remplacer

Afin de résoudre la difficulté qu'il y a parfois à traiter ces patients par insuline, les chercheurs ont pensé remplacer purement et simplement les cellules du pancréas détruites par des cellules saines provenant d'un donneur. La difficulté d'une telle démarche est importante. Tout d'abord on manque de donneur et ensuite, il n'est pas certain que la greffe soit acceptée par l'organisme receveur. Des chercheurs belges viennent d'ouvrir la voie à une troisième solution. Il s'agit de l'équipe du Pr Harry Heimberg du Diabetes Research Center de la Vrije Universiteit Brussel (VUB). Comme souvent l'idée est simple mais sa mise en pratique est difficile.Le génie de cette équipe a d'abord été d'imaginer que d'autres cellules que les cellules dites bêta du pancréas pouvaient produire de l'insuline : il s'agit de cellules du canal pancréatique qui conduit le liquide produit dans le pancréas vers le tube digestif. Ces cellules ont été isolées et infectées par un virus chargé de transmettre un produit essentiel à la transformation de ces cellules en cellules productrices d'insuline. Et cela a fonctionnéCes chercheurs ont donc réussi à modifier la programmation de ces cellules en " usines à insuline ".

Encore attendre

La faisabilité d'un tel système demande à être éprouvée par des essais cliniques. En cas de succès, il s'agit d'une très bonne nouvelle. Tout d'abord, dans le pancréas, il y a 30 fois plus de cellules constituant le canal pancréatique que de cellules produisant de l'insuline. En d'autres termes, il serait possible de transformer une bonne partie des cellules du canal. Ensuite, il est possible de prélever ces cellules, de les modifier et de les multiplier avant de les réinjecter dans le pancréas, rétablissant ainsi la production d'insuline. Enfin dans ce cas, il s'agirait donc d'une auto-greffe (puisque donneur et receveur ne font qu'une seule et même personne) qui réduit le risque de rejet à néant.

Publié par Pierre Dewaele, journaliste médical et scientifique le 26/11/2002 - 00h00 Herremans Y et al “Recapitulation of embryonic neuroendocrine differentiation in adult human pancreatic duct cells expressing neurogenin 3” Journal of Cell Biology 2002;159:303
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Diabète : transmission de la mère à l'enfant Mis à jour le 22/04/2002 - 00h00

Les bébés de femmes diabétiques auraient un risque accru de diabète . Les anticorps présents dans le sang des mères et dirigés contre les cellules du pancréas produisant l'insuline pourraient être transmis à l'enfant et faciliter la destruction de se...

Une première historique dans le traitement du diabète Mis à jour le 19/07/2005 - 00h00

Le seul traitement du diabète de type 1 (insulinodépendant) aujourd'hui disponible est palliatif. Il consiste à injecter quotidiennement de l'insuline de synthèse. Pour la première fois, des chercheurs ont réussi à bloquer l'évolution de cette maladi...

Plus d'articles