PUBLICITÉ

Des nageurs touchés à l'épaule

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 07/05/2014 - 16h35
-A +A

L'entraînement intensif auquel se soumettent les meilleurs nageurs sollicite leurs articulations, et notamment leurs épaules, à l'extrême.

En effet, une épaule n'est pas faite pour nager des dizaines de kilomètres. Question de constitution. La moindre imperfection biomécanique à ce niveau se paie cash. Surtout lorsqu'on répète le même mouvement à l'infini...

PUB

Natation : quand la fatigue entraîne la blessure

Les scientifiques ont tenté de savoir exactement ce qui se passait dans l'épaule d'un nageur. Ils ont découvert alors que la fatigue accumulée au cours de la séance jouait un très grand rôle.

Les muscles qui permettent la rotation du bras se rejoignent au sommet de l'humérus où ils doivent coulisser dans une sorte de tunnel. En temps normal, deux muscles sont chargés de plaquer l'omoplate contre les côtes : le sous-scapulaire et le grand dentelé. Seulement, leur efficacité baisse au fil des kilomètres. Lorsqu'ils sont épuisés, l'omoplate n'est plus tenue aussi fermement et la tête humérale devient un bélier qui percute les bords du tunnel à chaque cycle de bras.

Cette compression de la capsule produit un effet de "pelage" du tendon. Il s'effiloche au fil du temps. Parfois il se rompt. Sans le savoir, un nageur épuisé augmente très nettement le risque de se blesser. Pour éviter la blessure à l'épaule quand on pratique la natation à un haut niveau, on doit donc veiller à respecter une progressivité lente des charges d'entraînement et à ne jamais nager longtemps en situation d'épuisement musculaire.

Des épaules trop souples

Autre caractéristique dangereuse : certains individus se caractérisent par une hyperlaxité articulaire qui les prédispose elle aussi à la blessure. Dans les clubs de natation, on réfléchit désormais à la possibilité d'organiser le dépistage des sujets à risques afin d'agir préventivement par un renforcement musculaire spécifique.

Mais le problème est plus complexe qu'il n'y paraît. Très souvent, cette souplesse anormale de l'épaule résulte elle-même des années d'entraînement et constitue d'ailleurs un avantage lorsqu'il s'agit de donner un maximum d'amplitude au mouvement. Certains auteurs pensent même que si les pathologies de l'épaule sont si fréquentes dans la population des nageurs de crawl, c'est qu'en réalité la compétition sélectionne les individus qui possèdent cette caractéristique anatomique.

Malheureusement pour eux, cet avantage constitue aussi une faiblesse. A la longue, le système s'use précocement. Une sorte de poche se forme devant l'épaule et il devient très difficile voire impossible de résoudre le problème. Par la chirurgie, on peut retendre la capsule. Mais la carrière est fichue.

Initialement publié par Gilles Goetghebuer, journaliste santé le 10/04/2007 - 00h00 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 07/05/2014 - 16h35
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Capsulite: mon épaule est bloquée! Publié le 08/04/2013 - 09h42

Une épaule qui petit à petit bouge de moins en moins bien, se bloque, et devient douloureuse? C'est peut-être une capsulite . Cette maladie articulaire n'est pas si rare: entre 2 et 5% de la population est touchée. Pourtant, elle garde des mystères....

La tendinite : une cause fréquente de douleurs de l’épaule Publié le 29/08/2017 - 14h47

La tendinite est la cause la plus fréquente de douleurs au niveau de l’épaule. Cette inflammation des tendons de l’épaule est à l’origine d’une gêne lors des mouvements, surtout vers le haut, mais aussi de douleurs pouvant irradier vers le cou ou les...

Douloureuse clavicule Mis à jour le 06/04/2009 - 00h00

Comme Lance Armstrong, chaque année des milliers de sportifs se luxent ou se cassent la clavicule. Cela constitue même l'un des traumatismes les plus courants.

Plus d'articles