PUBLICITÉ

Mémoire qui flanche ? Et bien marchez maintenant !

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 04/04/2017 - 16h58
-A +A

L'activité physique peut-elle rétablir votre mémoire qui vous fait défaut ? La réponse est positive : une marche quotidienne d'une vingtaine de minutes améliore les petits oublis bénins liés au vieillissement.

PUB

L'activité physique rétablit les troubles mnésiques bénins

Nous rêvons tous de garder notre tête intacte, notre mémoire opérationnelle toute notre vie, si longue qu'elle soit. Parmi les stratégies actuellement disponibles, nous disposons des programmes d'entraînement de la mémoire et de l'activité physique. Si l'on associe ces 2 moyens, les résultats devraient en être potentialisés.
Les programmes d'entraînement cérébral ont montré leur efficacité et le principe est parfaitement logique. En revanche, concernant l'activité physique, la démonstration est plus délicate.
Une nouvelle étude apporte des informations convaincantes. Elle a porté sur des volontaires âgés de plus de 50 ans se plaignant de troubles légers de la mémoire, différents de ceux qui caractérisent la maladie d'Alzheimer ou les autres types de démences. Certains d'entre eux ont accepté d'augmenter leur pratique physique pour atteindre un minimum de 150 minutes par semaine, fractionnées en au moins 3 séances. Il s'agissait le plus souvent de la marche active. En moyenne, la hausse de leur activité physique atteignait l'équivalent de 20 minutes de marche par jour.
 

Augmentez votre activité quotidienne de 20 minutes

Les bienfaits de ces 20 minutes supplémentaires d'activité ont été bénéfiques dès 6 mois en se traduisant par une nette amélioration des troubles de la mémoire dont se plaignaient les patients et se sont maintenus un an après l'arrêt de l'activité physique.
Mais, les bénéfices sont allés bien au-delà du seul avantage cognitif, puisque l'activité physique a également diminué le risque de dépression, amélioré la qualité de vie, les fonctions cardiovasculaires, le risque de chutes et de handicap.
Et enfin, l'augmentation de l'activité physique s'est révélée plus efficace en termes de bénéfices cognitifs que le seul programme d'entraînement cérébral!

Jusqu'à présent, les études avaient montré que l'activité physique diminuait le risque de souffrir de troubles mnésiques. On constate ici pour la première fois que l'activité physique a également le pouvoir de diminuer des troubles cognitifs déjà existants.

N'attendez pas d'autres preuves pour mettre toutes les chances de votre côté…

Initialement publié par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 16/09/2008 - 00h00 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 04/04/2017 - 16h58

Lautenschlager N. et coll., JAMA, 3 septembre 2008, édition accélérée en ligne.

Notez cet article
PUBLICITÉ
A lire aussi
Mémoire : 3 atouts pour la protéger Publié le 04/04/2017 - 17h11

Les pertes de mémoire liées à l'âge sont toujours angoissantes, parce qu'elles évoquent le spectre de la maladie d'Alzheimer. Cependant, même jeune, il arrive que les performances de notre mémoire ne nous paraissent pas satisfaisantes. A court ou à l...

Simples trous de mémoire ou maladie d'Alzheimer? Publié le 08/12/2014 - 09h24

Oublier un code, perdre ses clés, se tromper de couloir de métro, ne pas se rappeler un numéro de téléphone...… De tels troubles de la mémoire augmentent naturellement avec l'âge. Ils ne révèlent pas tous pour autant les prémices de la maladie d'Alzh...

Exercer sa mémoire au quotidien Publié le 04/04/2017 - 17h11

A partir de la cinquantaine, toute baisse de mémoire nous inquiète, et on se demande s'il ne s'agit pas des prémices de la maladie d' Alzheimer . Mais avant d'en arriver là, il y a de la marge, et on peut ralentir les troubles de la mémoire grâce à c...

Plus d'articles