PUBLICITÉ

Maladie maniacodépressive: l'épisode maniaque est une urgence psychiatrique

Publié par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 06/11/2007 - 00h00
-A +A

La maladie maniacodépressive, également appelée troubles bipolaires, est une forme très particulière de dépression qui toucherait près de 5% de la population. Les troubles maniacodépressifs se caractérisent par une alternance de périodes d'euphorie et de dépression, entrecoupées de périodes d'accalmie.

PUB

Les troubles bipolaires: alternance de manies et de dépressions

Cette maladie peut toucher autant les hommes que les femmes. Les troubles remontent souvent à l'adolescence, mais la maladie maniacodépressive peut aussi bien se déclarer à 20 ou 40 ans, voire plus tard encore.
Les causes n'ont pas encore été identifiées mais certains facteurs déclenchants sont retrouvés, comme un deuil, un licenciement ou une mise à la retraite, une séparation, la prise de certains médicaments ou de drogues.

Les épisodes maniacodépressifs

La maladie maniacodépressive se manifeste par une alternance d'épisodes dits de manie ou d'euphorie et d'épisodes de dépression.

Accès maniaque
- Sentiment de bonheur intense, d'euphorie.
- Accélération de la pensée, fuite des idées.
- Débit de parole accéléré ou continu.
- Optimisme démesuré, méconnaissance du caractère pathologique des troubles.
- Augmentation de l'estime de soi.
- Distractibilité (attention facilement attirée par des stimuli extérieurs).
- Augmentation de l'activité dans le domaine social, professionnel, scolaire, sexuel, agitation psychique et motrice.
- Engagement excessif dans des activités agréables mais à potentiel élevé de conséquences dommageables (achats inconsidérés, conduites sexuelles inconséquentes), impulsivité.
- Irritabilité, voire agressivité.
- Réduction importante du besoin de sommeil.

Accès dépressif
- Sentiment de tristesse, de vide.
- Fatigue, perte d'énergie.
- Diminution marquée de l'intérêt ou du plaisir pour presque toutes les activités, y compris dans le domaine sexuel.
- Sentiment de dévalorisation, culpabilité excessive ou inappropriée.
- Pessimisme, pensées négatives.
- Préoccupations excessives pour " des petits riens ", ruminations anxieuses.
- Insomnie ou inversement hypersomnie.
- Troubles de la concentration, de la mémoire.
- Inhibition, indécision.
- Perte d'appétit et de poids ou inversement.
- Idées suicidaires.

L'accès maniaque: une urgence psychiatrique
L'épisode maniaque constitue une urgence psychiatrique en raison des risques que la personne fait courir à elle-même et à son entourage.
Le traitement de la crise repose sur l'administration d'un neuroleptique.
En dehors de l'épisode, la prise en charge repose sur un traitement médicamenteux de fond (des régulateurs de l'humeur), systématiquement associé à une psychothérapie.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 06/11/2007 - 00h00 Dossier de presse France dépression, octobre 2007.
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Antidépresseur : durée et posologie Mis à jour le 19/12/2006 - 00h00

La prise en charge d'une dépression doit être efficace pour éviter les rechutes qui sont toujours un écueil redouté. Rappel sur la définition de la dépression , sur le déroulement du traitement par antidépresseurs et sur les modalités de l'arrêt.

Pour les femmes, certaines périodes favorisent la dépression Mis à jour le 29/07/2008 - 00h00

Les hormones féminines influent sur beaucoup d'aspects de la santé, y compris sur les troubles de l'humeur comme la dépression. Les règles, la période qui suit les accouchements et la préménopause sont à risque pour une dépression; c'est bon à savoir...

Dépression : un risque de rechute important Mis à jour le 17/06/2003 - 00h00

Les rechutes sont fréquentes, se multiplient et s'accélèrent. Un patient qui a déjà fait un épisode dépressif a 60% de risque d'en faire un autre au cours de sa vie. Celui qui en a fait deux a 70% de risque de rechute. A trois épisodes, cette probabi...

Plus d'articles