PUBLICITÉ

Le mal de l'air existe-t-il ?

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 18/09/2015 - 09h04
-A +A

Sur les vols longs courriers, certains passagers se plaignent de malaises et autres symptômes. Ces derniers ressemblent curieusement à ceux du mal des montagnes attribué à la montée en altitude. Il est donc fort probable que les signes du mal de l'air résultent d'une simple pressurisation insuffisante des cabines…

PUB

Une histoire de pressurisation ?

Certains passagers de vol long courrier se plaignent de malaises, de nausées, de maux de tête, d'insomnies, de vomissements, de lassitude, etc. Ces symptômes sont mis sur le compte du décalage horaire, de la position assise prolongée, de la déshydratation, voire même de la contamination de l'air de la cabine.
Il existe pourtant une autre hypothèse pouvant expliquer la survenue de tels symptômes, qui, à y regarder de plus près, s'apparentent fortement aux manifestations du mal des montagnes.
Il s'agit de la pressurisation qui règne à l'intérieur des cabines.

Mal de l'air ou mal des montagnes ?

En effet, les avions sont pressurisés, mais la pression en cabine reste inférieure à celle du niveau de la mer (750 mmHg), ce qui correspond à une altitude de 2000 à 2500 m. Or en montagne, à cette altitude, certaines personnes sont gênées et présentent les symptômes décrits ci-dessus. Et plus l'altitude augmente, plus ils sont fréquents et sévères. Leur manifestation dépend aussi de la sensibilité individuelle, de l'acclimatation et de la rapidité de l'ascension.
Pour confirmer cette hypothèse, des volontaires ont été installés pour plusieurs heures dans des locaux (aménagés de facon à simuler une cabine d'avion) reproduisant une baisse de pression similaire à celle que l'on retrouve à des altitudes de 650 m, 2000 ou 4000 m.
Après 3 à 9 heures dans un espace pressurisé correspondant à 2000 m d'altitude, 7,4% des participants manifestaient un mal des montagnes. De telles conditions sont bien associées à un risque accru de malaise. Il serait donc opportun d'augmenter légèrement la pressurisation des avions afin de réduire le risque de malaise des passagers.

Initialement publié par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 24/07/2007 - 00h00 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 18/09/2015 - 09h04

Muhm R. et coll., New England Journal of Medicine, 357 : 18-27, 2007.

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Risque-t-on une maladie infectieuse en avion ? Mis à jour le 05/04/2005 - 00h00

A propos des voyages aériens, on parle souvent de phlébite et de bas de contention. Mais qu'en est-il des risques de transmission de maladies infectieuses ? Va-t-on systématiquement attraper le rhume dont souffre la personne assise au 5e rang, et qui...

Pollution des cabines aériennes Mis à jour le 08/01/2002 - 00h00

Depuis des années déjà, des passagers des vols aériens et des membres d'équipage souffrent de divers problèmes de santé comme des irritations de la peau ou des difficultés respiratoires. Ces troubles pourraient être dus à la mauvaise qualité de l'air...

La pléthore médicale poursuit son ascension Mis à jour le 17/11/2001 - 00h00

Même si l'on s'est attaqué de front au problème de la pléthore ces dernières années, celle-ci continue à augmenter de facon inexorable, comme le montrent les derniers chiffres de l'Inami, rapportés notamment par le Standaard.

Plus d'articles