PUBLICITÉ

L'hypnose: au service de la médecine et surtout du patient

Publié par C. De Kock, journaliste santé le 18/01/2005 - 00h00
-A +A

Depuis un peu plus de 12 ans, le CHU de Liège a fait pénétrer l'hypnosédation dans ses salles d'opération. Près de 4.300 opérations y ont été pratiquées sous hypnose. Cette technique apparaît comme tout particulièrement confortable pour le patient.

PUB

L'hypnosédation est une technique d'anesthésie récente alliant l'hypnose à la sédation consciente très légère et à l'injection locale d'un anesthésique. Le CHU de Liège recourt à cette technique notamment pour la chirurgie maxillo-faciale, plastique, endocrine, ORL et gynécologique, de même que pour certains examens (colonoscopie, scanners, gastroscopie, IRM) et le traitement de la douleur chronique.

Un plus grand confort

Des études rétrospectives et prospectives ont montré que les patients opérés sous hypnose éprouvent moins de douleur et de stress, sont moins nauséeux, prennent moins de médicaments et sont plus stables que les patients sous sédation intraveineuse consciente classique.

Une étude randomisée comparant un groupe de patients sous anesthésie générale à un autre groupe de patients sous hypnosédation a révélé des différences au niveau de la récupération, des phénomènes inflammatoires et de la reprise d'activité. Les patients opérés sous hypnose étaient moins fatigués, avaient repris le travail 13 jours plus tôt et avaient eu moins à se plaindre de phénomènes inflammatoires. Pourtant, l'acte chirurgical était identique dans les deux groupes, seule la technique d'anesthésie différait.

Des études complémentaires réalisées avec le cyclotron médical de Liège ont permis de définir l'hypnose comme un état différent de la conscience habituelle avec une vigilance et une redistribution d'activité différentes et d'observer une diminution de la perception et du désagrément de 50% sous hypnose, ce qui explique le plus grand confort ressenti par le patient en cours de chirurgie.

Accessible à tous

En principe, tout le monde est capable de se placer dans un processus d'hypnose à condition d'être motivé, d'avoir confiance dans le thérapeute et de collaborer. Les enfants sont particulièrement réceptifs et cette réceptivité diminue avec l'âge.

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter e-santé !

Publié par C. De Kock, journaliste santé le 18/01/2005 - 00h00 Interview du dr Faymonville, Le Journal du Médecin, 1603 et 1604, juin 2004.
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Que savez-vous sur l'hypnose thérapeutique? Mis à jour le 18/03/2013 - 17h19

L’hypnose permet aux patients en souffrance d’accéder à leurs propres ressources intérieures (trop souvent inexploitées) et de faire émerger leurs aptitudes à guérir . Elle suscite le changement et encourage la reprise de confiance et le retour à l’i...

Intérêt de l'hypnose dans la perte de poids Mis à jour le 06/03/2007 - 00h00

L' hypnose médicale ericksonienne est une technique permettant au malade de mettre en place des processus de recherche de solutions. Milton Erickson considérait l'inconscient comme un vaste réservoir de ressources. À travers des histoires " vécues ",...

Hypnose : que se passe-t-il dans notre cerveau ? Publié le 21/08/2015 - 10h45

Longtemps présentée comme une technique farfelue, l’hypnose est désormais reconnue par la communauté scientifique grâce aux études en imagerie cérébrale. Que se passe-t-il vraiment dans notre cerveau sous hypnose ?

Plus d'articles