PUBLICITÉ

Grossesse: comment réduire le risque d’accouchement prématuré?

Mise à jour par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 29/01/2013 - 16h44
-A +A

Certaines complications médicales et certaines situations peuvent augmenter le risque d’accouchement prématuré.

Repérer les facteurs de risques pour les corriger représente la meilleure façon de prévenir un accouchement prématuré, même si dans la moitié des cas les causes ne sont pas identifiées. L’objectif, se rapprocher le plus possible du terme…  

PUB

Comment limiter les risques d’accouchement prématuré?

Le risque d’accouchement prématuré représente la première cause d’hospitalisation lors de la grossesse.

Mais grâce à une prise en charge adaptée l’accouchement ne sera pas forcément prématuré. On peut également parfois agir en amont en corrigeant des situations à risque.

Accouchement prématuré: quelques facteurs de risques médicaux

  • Un placenta prævia. 
  • Une infection urinaire ou vaginale.
  • Un antécédent d'accouchement prématuré.
  • Une grossesse gémellaire.
  • Une malformation ou morphologie particulière de l'utérus (utérus bicorne, exposition au Distilbène…).
  • Un col de l'utérus trop large.
  • Une contractibilité particulièrement sensible de l'utérus.

Il en existe bien d’autres et ils peuvent aussi se cumuler…

Le risque d’accouchement prématuré peut être lié aux activités de la vie quotidienne:

  • La pénibilité du travail : port de charge, station debout …
  • Les déplacements, notamment les longs trajets quotidiens pour se rendre sur son lieu de travail, les transports en commun.

  • Le stress et surmenage. 
  • Les travaux ménagers, a fortiori en cas de famille nombreuse, imposant de multiplier les activités sans ménagement.

Bien entendu, un accident de voiture ou une chute représentent aussi des situations à risque d’accouchement prématuré.

Comment réduire le risque d’accouchement prématuré?

Si on ne peut pas corriger certains facteurs médicaux, en revanche, on peut modifier le mode de vie durant la grossesse: adaptation du poste de travail, travail à domicile pour éviter les trajets, aide-ménagère, nounou pour s’occuper des enfants, relaxation…

Un arrêt de travail peut aussi se révéler nécessaire, le repos s’imposant en prévention d’une menace d’accouchement prématuré.

Tous ces aménagements sont à discuter et à organiser avec la collaboration du médecin qui suit la grossesse.

Des traitements (hormonaux, antispasmodiques…) peuvent être mis en place afin de prolonger la grossesse au plus près du terme, voire une hospitalisation ou parfois encore, bien en amont, une intervention chirurgicale (correction d’une malformation utérine, cerclage du col).

Initialement publié par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 05/02/2013 - 00h00 et mis à jour par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 29/01/2013 - 16h44

Eroglu D. et colle., Gynecol Obstet Invest, 64 : 109-16, 2007. www.bebe.fr. www.materneo.com.

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Conisation: risque d'accouchement prématuré Publié le 02/04/2013 - 17h11

La conisation consiste à ôter une partie des tissus du col utérin dans le cadre d'un traitement curatif de lésions pré-cancéreuses . Cette technique chirurgicale est efficace, mais semble majorer le risque ultérieur d'accouchement prématuré.

Plus d'articles