PUBLICITÉ

Fractures de fatigue : squelette en péril

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 12/05/2016 - 16h25
-A +A

Certaines fractures surviennent sans choc. Dans le sport, on les appelle fractures de fatigue. Mais s'agit-il vraiment d'une maladie?

PUB

Une fracture de fatigue, c'est quoi ?

L'os est un matériau merveilleux, l'un des plus solides que l'on connaisse. En bonne santé, il peut supporter des pressions de près de deux tonnes par centimètre carré. Quatre fois plus que l'acier ou le béton armé ! Cependant, il lui arrive d'être rongé de l'intérieur, exactement comme un morceau de bois vermoulu. Cette fragilisation osseuse connaît différentes origines, au premier rang desquelles se trouve l'inactivité : ainsi, une personne alitée pendant un mois perd jusqu'à 50% de son capital osseux !

A l'inverse, trop de mouvement risque aussi d'user la trame osseuse. On parle alors de "fracture de fatigue" ou de "stress fracture" en anglais ou encore de "maladie de Pauzat", du nom de celui qui l'évoqua pour la première fois en 1887. A l'époque, Pauzat s'intéressait aux douleurs des jeunes militaires soumis à des marches forcées. Il émit l'hypothèse que l'os pouvait se rompre sans qu'il n'y ait forcément trace d'un traumatisme précis. Il fallut cependant attendre un siècle pour obtenir confirmation de cette intuition géniale grâce aux techniques sophistiquées d'imagerie médicale : les fractures de fatigue étaient officiellement nées.

Fractures de fatigue : de plus en plus fréquentes

Pendant des décennies, cette affection resta dans le domaine de l'anecdotique. Certes, la littérature médicale rapportait quelques cas étonnants, comme celui de cet homme de 47 ans qui s'était fracturé le radius en agrafant des feuilles, 3 heures par jour durant 3 semaines. Mais, en-dehors de ces rares communications, la fracture de fatigue n'intéressait personne. Puis, à partir des années 60, on a assisté à une étonnante multiplication des cas, liée probablement à l'apparition de nouvelles habitudes sportives -jogging, aérobic, squash, etc.- qui soumettaient des milliers de sédentaires à une répétition de contraintes inhabituelles. Depuis lors, les fractures de fatigue sont devenues la hantise de l'athlète. Elles représentent aujourd'hui 2% de l'ensemble des fractures et concernent à un moment ou l'autre de leur carrière jusqu'à 30% des coureurs à pied.

Initialement publié par Gilles Goetghebuer, journaliste santé le 20/01/2004 - 00h00 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 12/05/2016 - 16h25
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Fractures de fatigue : prévention, détection et traitement Publié le 17/09/2013 - 16h57

Les fractures de fatigue sont difficiles à diagnostiquer et à traiter. Une bonne raison pour dépister les personnes dont les os sont fragiles, et qui sont donc plus à risque. Il existe un test de densité minérale osseuse (DMO) qui permet d'évaluer la...

Ostéoporose : lutter contre l'indifférence Mis à jour le 21/10/2003 - 00h00

Chaque année en France, plus de 130.000 fractures sont liées à l'ostéoporose (et dans le monde, il se produit une fracture toutes les 20 secondes …). Avec l'allongement de la durée de vie, ce chiffre devrait doubler d'ici 2040. Il est aujourd'hui ess...

Fractures du tibia et du péroné Publié le 04/04/2014 - 13h07

Le tibia et le péroné sont deux os de la jambe . Le premier est imposant (c’est l’os le plus grand, il doit supporter le poids du corps), l’autre est plutôt fin, mais ces deux os sont intimement liés. Ils sont réunis par une membrane interosseuse et...

Plus d'articles