PUBLICITÉ

Fractures de l'après ménopause : évaluer ses risques pour mieux les prévenir

Publié par Adaptation Pierre Dewaele, journaliste médical et scientifique le 03/03/2002 - 00h00
-A +A

Les femmes qui ont eu des fractures avant la ménopause, ont un risque presque deux fois plus élevé que les autres d'en avoir d'autres après. La survenue de fractures entre 20 et 50 ans doit donc être considérée comme un signe annonciateur de fragilité osseuse et inciter les femmes concernées à surveiller leur densité osseuse et à prendre des mesures préventives.

PUB

L'ostéoporose, maladie provoquant une diminution de la densité osseuse, apparaît de manière plus fréquente chez les femmes ménopausées et favorise la survenue de fractures. Ainsi, lorsque des fractures surviennent au moment de la ménopause ou après, on peut s'attendre à ce que d'autres fractures surviennent par la suite. Elles doivent donc être considérées comme des signes annonciateurs d'une fragilité osseuse.

L'existence de fractures à des âges plus précoces peuvent-elles également être des signes prédictifs de fractures ultérieures, notamment après la ménopause ? Wu et ses collaborateurs ont répondu à cette question en menant une étude sur près de 1300 femmes âgées de 73 ans en moyenne et ménopausées depuis plus de 10 ans.Toutes ont été interrogées sur leurs antécédents de fracture. L'analyse des résultats montre ainsi, que les femmes qui avaient eu des fractures entre 20 et 50 ans, avaient un risque majoré de 74 % d'avoir de nouvelles fractures osseuses après l'âge de 50 ans ; ce qui équivaut à un risque presque deux fois plus élevé par rapport aux femmes n'ayant jamais eu de fracture avant 50 ans. Ces résultats restent vrais, même en tenant compte d'autres facteurs pouvant favoriser l'ostéoporose (âge, antécédents maternels, suivi ou non d'un traitement hormonal substitutif,…). En revanche, la survenue de fractures avant l'âge de 20 ans n'est pas associée à une augmentation de ce risque.

Par conséquent, les femmes qui ont eu des fractures entre 20 et 50 ans sont davantage exposées à un risque de fracture après la ménopause. Elles devront donc davantage surveiller leur densité osseuse. Leur médecin pourra éventuellement prescrire un traitement préventif. L'exercice physique, une alimentation riche en calcium, en protéine et en vitamine D peuvent limiter l'évolution de la maladie et diminuer le risque de fracture. Il est également recommandé de limiter la consommation de tabac et d'alcool.

Publié par Adaptation Pierre Dewaele, journaliste médical et scientifique le 03/03/2002 - 00h00 Wu F. et Coll. Arch Intern Med 2002; 162: 33-36.
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Ostéoporose : lutter contre l'indifférence Mis à jour le 21/10/2003 - 00h00

Chaque année en France, plus de 130.000 fractures sont liées à l'ostéoporose (et dans le monde, il se produit une fracture toutes les 20 secondes …). Avec l'allongement de la durée de vie, ce chiffre devrait doubler d'ici 2040. Il est aujourd'hui ess...

Ostéoporose : on peut anticiper 10 ans à l'avance ! Mis à jour le 21/03/2006 - 00h00

La femme à la ménopause présente un grand risque de souffrir d'ostéoporose, c'est-à-dire d'une fragilité osseuse l'exposant à des fractures. L'ostéodensitométrie est l'examen de diagnostic de référence, qui, semble-t-il, permettrait de prédire le ris...

L'ostéoporose au masculin Mis à jour le 15/04/2008 - 00h00

Il arrive fréquemment que les hommes ne recoivent pas un traitement approprié ou même pas de traitement du tout contre l'ostéoporose. Pourtant, à partir de l'âge de 70 ans, il leur est recommandé de faire mesurer la fragilité de leurs os.

Plus d'articles