PUBLICITÉ

Fille ou garçon? Vite, un test!

Publié par Julie Luong, journaliste santé le 11/05/2009 - 00h00
-A +A

Curiosité? Désir de mieux préparer sa venue? De nombreux parents attendent avec impatience de savoir quel sera le sexe de bébé. Dans cette course au "toujours plus tôt", n'allons-nous pas "toujours trop loin"?

PUB

Le sexe du bébé, une question de plus


La grossesse est une période ponctuée de moments d'attente et d'interrogations. Suis-je enceinte? Est-ce une fille ou un garcon? A qui ressemblera-t-il? Comment allons-nous l'appeler? Si certains préfèrent garder la surprise, le sexe de l'enfant est "la" question que se pose la plupart des futurs parents. Fille ou garcon? La réponse tombe généralement au quatrième ou cinquième mois de grossesse, lors de la deuxième échographie. Largement à temps pour commencer à faire des emplettes et pour arrêter définitivement le choix du prénom.

Une réponse dès la 6e semaine!


Mais depuis quelques années, des firmes anglo-saxonnes commercialisent, sur Internet, des kits permettant aux futurs parents de connaître le sexe de leur enfant dès la sixième semaine de grossesse, sur base d'un simple prélèvement sanguin de la maman. Des voix s'élèvent pourtant, ici et là, pour avertir des dangers d'éventuelles dérives eugénistes. En Belgique, l'avortement est en effet légal jusqu'à la douzième semaine de grossesse: faut-il imaginer que certains parents décideront d'avorter si le bébé n'est pas du genre qu'ils attendent? Des chercheurs de l'Université de Grenade, en Espagne, se sont récemment lancés, eux aussi, dans la course au "baby gender" en proposant le même type de test, relançant ainsi le débat.

Publié par Julie Luong, journaliste santé le 11/05/2009 - 00h00
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Accouchement : la guerre des sexes ? Mis à jour le 04/03/2003 - 00h00

Selon les résultats d'une étude irlandaise, accoucher d'un garcon est plus difficile que lorsqu'il s'agit d'une fille. Tant le travail que l'accouchement s'avèrent plus à risque de complication.

Rhésus négatif et grossesse : quelles conséquences ? Publié le 19/05/2014 - 09h37

Les femmes qui ont un rhésus négatif doivent souvent prendre des précautions au cours de leur grossesse, surtout s’il ne s’agit pas de la première. Le problème : l’incompatibilité possible entre les rhésus de la future mère et du foetus. Que se passe...

Plus d'articles