PUBLICITÉ

Blog : " Le blog psy "

Exécuteurs de massacres: une question de vengeance

Article créé le 29/05/2012 - 11h02 et mis à jour par Roland Pec, psychologue et somnologue le 29/05/2012 - 11h03
-A +A

En 2009, un sociologue, Philippe Breton, a publié Les refusants – comment refuse-t-on de devenir un exécuteur (Editions La Découverte). Il y tente de comprendre comment l’exécuteur se laisse (ou non) convaincre de tuer, dans le cadre des génocides et des massacres de masse, comme ceux perpétrés, par exemple, en 1941, sur les Juifs du front de l’Est (un million trois cent mille tués - à bout portant! véritable "Shoah par balles").

PUB

Breton se base pour cela sur les lettres du front, envoyées à leurs épouses, par les soldats. C’est donc bien l’exécuteur qui est ici étudié, et non le donneur d’ordre. A ce propos, Himmler, créateur des Einsatzgruppen (commandos mobiles de tueurs) - petite nature - n’aurait jamais été capable, semble t-il, d’exécuter lui-même les ordres qu’il donnait !

 

Le premier constat de cette étude est conforme à celui fait, dans les années soixante, par Stanley Milgram: les exécuteurs sont des hommes ordinaires, représentatifs de la population! Ils n’ont pas de prédisposition à tuer. Il ne s’agit nullement de pervers ou de psychopathes. Breton note d’ailleurs que, tout au contraire, les donneurs d’ordre congédiaient les psychopathes, c’est-à-dire les soldats qui prenaient un plaisir manifeste à tuer. Ces derniers risquaient même jusqu’à huit ans de prison, pour "brutalité lors du massacre"!

 

Par contre, le second constat contredit - en partie du moins - la thèse de Milgram… tout en la rejoignant, toutefois, autour de la notion de légitimité. Selon Breton, en effet, la plupart des exécuteurs ne le furent pas par contrainte. Il ne s’agissait ni de soumission à l’autorité, ni d’évitement du bâton. Il n’y avait, d’ailleurs, aucune sanction à la clé. Par conséquent, pour leur défense au tribunal, alors qu’ils étaient accusés de crime contre l’humanité, jamais les exécuteurs ne dirent: "j’ai été  forcé". Les donneurs d’ordre prévenaient, du reste, clairement: "ceux qui ne veulent pas faire ce travail, qu’ils quittent le bataillon!". Les "refusants" (environ 20% des exécuteurs) étaient donc retirés avant le massacre.

 

A la racine du processus, il y a, selon Breton (à la suite d’Arno Mayer, historien américain, spécialiste de la Shoah), le principe vindicatif.

 

Tout démarre avec la propagande: "nous sommes agressés, et cela va continuer". Ensuite, Himmler tenant la main de Goebbels, la coercition entre en scène. Via dénonciation, écouter la BBC était, par exemple, un crime passible de mort! En 1941, les journaux allemands titrèrent, six semaines durant: "Roosevelt et ses conseillers juifs veulent stériliser la nation allemande". Déni d’un côté, délire de l’autre. L’agression fantasmée - ou son projet, seulement - justifie donc la vengeance. L’exécution est une rétorsion légitime!

 

Mais le caractère atroce des actes à commettre n’échappe évidemment pas à l’exécuteur. Exécuter un massacre devient, par conséquent, un acte de bravoure, un honneur, une vertu, un héroïsme qui n’est pas donné à tout le monde!

 

Par ailleurs, le conflit intérieur ainsi engendré - entre devoir et valeurs morales -, a fréquemment conduit les exécuteurs à développer une psychopathologie tout à fait spécifique, associant violence, alcoolisme et colopathie généralisée. Ce trouble mental avait d’ailleurs contraint les nazis à créer des hôpitaux spécialisés, pour sa prise en charge…

 

Dans ses lettres, l’exécuteur allemand écrit: "Nous avons été agressés, j’accepte de porter la vengeance, car je suis un homme vertueux, mais j’en souffre en tant qu’homme". Ou encore: "Là où les autres sont lâches, moi je m’y colle!". On parle donc, là, d’une inversion complète des valeurs. Un pur délire!

 

Hitler lui-même n’affirmait-il pas, dans Mein Kampf: "ce qui m’a coûté le plus dans ma vie est de me convertir à l’antisémitisme ; j’ai dû lutter contre moi-même pour me convaincre que les Judéo-Bolchéviques sont les fossoyeurs de l’humanité"!?

 

Dans les années soixante et septante, Milgram, se fondant sur ses expériences de soumission à l’autorité, avait fait de l’obéissance une des grandes taches aveugles qui conditionnent nos vies, sur le plan psychosociologique.

 

Pour Breton, ce serait donc plutôt la vengeance qui joue sa partition, dans nos coulisses…

Billet initialement publié le 29/05/2012 - 11h02 et mis à jour par Roland Pec, psychologue et somnologue le 29/05/2012 - 11h03
Ce billet fait partie du blog : Le blog psy
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Le sport virtuel est-il du sport? Mis à jour le 28/07/2009 - 00h00

Les concepteurs de jeux vidéo s'inspirent de l'univers sportif au point de faire croire aux utilisateurs qu'ils sont réellement sportifs. Et ils n'ont peut-être pas totalement tort!

Le test de Cooper sur la sellette Mis à jour le 01/11/2005 - 00h00

Si vous êtes sportif, a fortiori sportif professionnel, on vous proposera sans doute un jour de passer le test de Cooper pour évaluer votre VO2 max. Dans ce cas, quelques précautions d'usage s'imposent.

L'excision, un crime contre l'humanité Mis à jour le 28/02/2006 - 00h00

L'excision doit être condamnée et rejetée. Une telle mutilation du corps féminin est intolérable, aux conséquences immédiates et lointaines, douloureuses, invalidantes et souvent mortelles. Le signalement est la seule action de prévention, c'est même...

Plus d'articles