PUBLICITÉ

Etre une femme...

Publié par Nicolas Rousseau, diététicien nutritionniste le 02/11/2004 - 00h00
-A +A

Y a pas à dire, être une femme a ses avantages, mais aussi ses petits inconvénients, comme le cycle hormonal et les menstruations. Outre l'influence sur l'humeur et la fatigue qui y est associée, cette période "sensible" implique aussi de faire attention à son alimentation…

PUB

Beaucoup de femmes l'ignorent. Pourtant, le cycle menstruel joue un rôle considérable sur les besoins nutritionnels. Premièrement, il faut compenser les importantes pertes de fer occasionnées au cours des règles et, deuxièmement, maintenir l'appareil circulatoire en bon état en lui fournissant les vitamines dont il a besoin. Enfin, il faut aussi jouer avec l'équilibre hormonal et les effets de la pilule.

Croiser le fer

Au cours des règles, une femme perd environ 1 mg de fer par jour de menstruation. C'est énorme… et explique pourquoi cette période inconfortable s'accompagne notamment d'une grande sensation de fatigue et d'une diminution des performances intellectuelles et physiques.Il importe donc de veiller à maintenir les réserves de fer à un niveau optimal le reste du mois, pour éviter à la longue de souffrir d'anémie chronique, une maladie fréquente qui touche près de 8 % des femmes. Principaux symptômes : fatigue persistante, pâleur, syncope, vertiges, troubles digestifs, essoufflement… Vous vous reconnaissez dans ces symptômes ? Consultez rapidement votre médecin et/ou votre diététicien !Pour éviter le coup de pompe " fatal ", il faut donc assurer des apports suffisants en fer, mais aussi en vitamine B12, en vitamine B9 et en vitamine C, des nutriments impliqués dans la bonne santé des globules rouges ou dans le métabolisme du fer (pour la vitamine C).Avant et pendant les règles, il convient dès lors de manger suffisamment de viande et de poisson (la meilleure source de fer) et privilégier les associations avec les fruits et légumes, ainsi que les céréales complètes et les laitages. Pour protéger les vaisseaux sanguins, une bonne dose de vitamine E (via les huiles végétales et les fruits secs oléagineux, principalement) est nécessaire, tout comme la vitamine C (agrumes, fruits rouges, kiwi, choux…), encore, qui entretient l'élasticité des capillaires.

Manger baba cool

Pour contrer les perturbations hormonales liées au cycle qui engendrent des sautes d'humeur et de l'anxiété, vous pouvez également changer votre alimentation à l'approche des règles en :

  • diminuant la consommation de sel et d'aliments riches en sel
  • réduisant la consommation de boissons alcoolisées
  • limitant la consommation d'aliments riches en caféine (thé, café, cola, chocolat, boissons énergisantes), plutôt " excitants "
  • limitant la consommation de boissons et d'aliments sucrés ou trop épicés
  • augmentant la consommation de féculents et en diminuant la consommation de graisses
  • en vous faisant malgré tout plaisir, avec un bon resto, par exemple…La pilule affecte aussi le statut en certaines vitamines et minéraux comme la vitamine B6, la vitamine B9, les vitamines C et E et le zinc. La carence en zinc est néfaste pour l'éclat de la peau, des cheveux et des ongles. Les pâtes complètes, le fromage à pâte dure, le poisson, la viande, les crustacés, les pois chiches et les lentilles en sont de bonnes sources. De quoi mieux faire passer la pilule…

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter e-santé !

Publié par Nicolas Rousseau, diététicien nutritionniste le 02/11/2004 - 00h00
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Pilule : la méthode "quick start" Mis à jour le 12/12/2006 - 00h00

La pilule est la méthode contraceptive la plus utilisée et la plus sûre. La seule ombre au tableau est l'omission d'une prise de pilule durant le cycle ou l'oubli de démarrer une nouvelle plaquette après les 7 jours d'arrêt. Un nouveau concept consis...

La pilule à long terme: quels effets? Publié le 26/04/2011 - 14h41

De nos jours, de nombreuses femmes prennent la pilule pendant 15 ou 20 ans en continu. Mais ce mode de contraception influence-t-il notre fertilité? Augmente-t-il notre risque de cancer? Le point sur la question.

Plus d'articles