PUBLICITÉ

Epilepsie : toujours un problème d’image !

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 28/02/2014 - 09h23
-A +A

L’épilepsie, on la connaît bien aujourd’hui. Les médecins ont décortiqué son fonctionnement et peuvent dans de nombreux cas la maîtriser.

Pourtant, dans l’inconscient collectif, l’épilepsie reste redoutable.
Annoncer sa maladie revient, pour trop de patients, à passer pour quelqu’un qui n’est pas fiable, présente des risques, et ne peut pas tenir de responsabilités.

PUB

E-santé a rencontré le Dr Ossemann, chef de clinique de neurologie au CHU de Mont-Godinne (UCL) et président de la Ligue francophone belge contre l’Epilepsie. Il nous explique à quoi est due cette mauvaise image de l’épilepsie…

Pourquoi le stigma attaché à l’épilepsie reste-t-il aussi vivace alors qu’on connaît bien la maladie ?

Rappelons d'abord que l’épilepsie n’est connue que depuis le 19ème siècle, et que le premier médicament qui a pu vraiment soulager les patients n’est apparu que dans les années 30. Avant cela, les patients atteints d’épilepsie étaient essentiellement considérés comme des fous, des possédés ou des illuminés.

Les crises d’épilepsie peuvent en effet être impressionnantes quand on ne peut les expliquer.

  • Les crises généralisées, qui peuvent aller d’absences (le patient perd le contact avec le monde pendant quelques secondes à quelques minutes) aux crises tonico-cloniques avec convulsions et perte de connaissance, sont une chose.
  • Les crises partielles sont parfois plus discrètes mais restent tout de même déconcertantes.
    Les patients ont des hallucinations, des mouvements anormaux, des problèmes de sensibilité, etc.

Il faut ajouter à cela que les crises d'épilepsie sont complètement imprévisibles.

 

Quelles sont les conséquences de ce problème d’image de l’épilepsie dans la vie des patients ?

C’est variable selon les cas. Pour un patient qui débute une épilepsie tard dans sa vie, après avoir déjà bien entamé sa carrière professionnelle, ce n’est pas forcément très problématique. Le plus difficile à gérer, c’est l’angoisse de la prochaine crise – et cette angoisse s’apaise vite si l’épilepsie peut être contrôlée par des médicaments. Ce qui est possible dans 60% des cas.

Les épilepsies qui se déclarent quand le patient est jeune sont plus lourdes à porter : à toutes les interdictions de l’adolescence s’ajoutent celles de la maladie. Les parents ont tendance à couver un enfant malade.

Pour les jeunes, l’accès à la vie professionnelle est aussi plus difficile.
Si l’épilepsie n’est pas parfaitement contrôlée, réussir ses études est plus compliqué. De nombreuses études ont montré que les employeurs on des idées fausses sur les personnent qui souffrent d'épilepsie : ils seraient dangereux, ne pourraient pas manipuler des objets de valeur, poseraient problème à la clientèle, etc.

Résultat, les personnes atteintes ont plus de mal à trouver du travail. Et même s’ils en ont un, ils sont moins bien considérés. Une étude américaine récente a ainsi montré que par rapport aux personnes qui s’absentent à cause d’asthme, celles qui s’absentent pour une épilepsie sont moins bien traitées par leurs supérieurs.

La moitié de la population connaît une personne atteinte par l'épilepsie. Mais peu de gens savent qu'ils en côtoient dans leur vie professionnelle. Les patients dont l’épilepsie est sous contrôle ont en effet  tendance à ne pas évoquer leur maladie au travail !

 

Initialement publié par Marion Garteiser, journaliste santé le 03/03/2014 - 13h30 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 28/02/2014 - 09h23

E-santé a rencontré le Dr Ossemann, chef de clinique de neurologie au CHU de Mont-Godinne (UCL) et président de la Ligue francophone belge contre l’Epilepsie, pour lui demander à quoi est due cette mauvaise image de l’épilepsie…

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Epilepsie : avis de tempête dans le cerveau Publié le 16/02/2016 - 12h40

L’épilepsie ? Elle fait peur, mais on la connaît mal. Elle est pourtant le trouble neurologique chronique le plus fréquent après la migraine … Qu’est-ce qui se passe dans un cerveau épileptique ? Quelles sont les conséquences et les solutions ? Faiso...

Epilepsie : halte aux mauvais esprits Mis à jour le 11/11/2003 - 00h00

De tout temps, l' épilepsie a été entourée de croyances et autres idées fausses. Les patients souffrent de cette discrimination. Il est important de rétablir la vérité sur cette maladie.

Epilepsie chez l'enfant: ne soyez pas alarmiste ! Publié le 16/02/2016 - 12h38

Se manifestant par des crises récurrentes dues à une activité électrique anormale du cerveau, l'épilepsie touche environ 0,5% de la population. Chez l'enfant, les formes les plus fréquentes d'épilepsie sont celles qui disparaissent en grandissant...

Epilepsie de l’enfant : des signes souvent trompeurs Mis à jour le 18/11/2015 - 10h08

Chez les enfants, les crises d’épilepsie généralisées associant convulsion-perte de connaissance-secousses des membres sont exceptionnelles. Des signes plutôt discrets -souvent trompeurs- passent la plupart du temps inaperçus. Il faut néanmoins ouvri...

Plus d'articles