Diminuez votre risque de cancer en luttant contre le stress

Mise à jour par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 27/02/2012 - 18h12
-A +A

Cela ne fait plus aucun doute: si le stress ne fabrique pas à lui seul un cancer, en revanche, il favorise son développement. Attention, il s’agit ici du stress chronique, celui auquel nous sommes de plus en plus nombreux à être soumis dans notre vie moderne (manque de temps, culte de la performance). En pratique, comment agit le stress pour augmenter le risque de cancer et quels sont les 4 sentiments à mobiliser pour maintenir le cancer à distance?

PUB

Du stress positif au stress négatif...

Le stress positif est celui qui nous met en alerte et nous permet de réagir immédiatement (en situation de danger par exemple, mais c’est aussi le stress qui nous assaille avant une présentation orale, avant une compétition sportive, etc.), grâce à la sécrétion ponctuelle de deux hormones, la noradrénaline et le cortisol.

Le stress négatif est le stress continu qui entraîne une sécrétion répétée ou permanente de ces hormones, finissant par épuiser l’organisme.

C’est ainsi que le stress chronique favorise l’inflammation et abaisse nos défenses immunitaires, deux phénomènes connus pour favoriser la progression des tumeurs.

En effet, les hormones du stress mettent le système immunitaire au repos afin de mobiliser toutes les forces de l’organisme en vue d’une action. Or si le système immunitaire est en berne, l’activité des globules blancs diminue, ce qui facilite la prolifération des cellules cancéreuses.

Stress et cancer: les 4 sentiments qui nous desservent

Quatre sentiments liés au stress sont aujourd’hui bien connus pour favoriser le développement du cancer.

  1. L’impuissance

    Le sentiment d’impuissance favorise directement la progression des tumeurs, comme le montre cette expérience réalisée chez des rats de laboratoire atteints d’un cancer. Lorsque les rats sont soumis à un stress auquel ils peuvent se soustraire, 63% d’entre eux réussissent à guérir de leur cancer, contre 23% seulement des rats qui ne peuvent échapper à la situation stressante.

  2. L’anxiété

    L’anxiété influence la survie. Cela a été démontré par exemple chez des femmes atteintes d’un cancer du sein. Celles qui participaient à des groupes de parole étaient plus sereines et surtout elles doublaient leurs années de survie par rapport aux autres.

  3. La solitude et le sentiment d’abandon

    Certains sentiments contribuent à mettre en veille notre système immunitaire. Or celui-ci est indispensable pour maintenir le cancer sous contrôle. C’est ainsi que les patients les mieux entourés sont aussi souvent ceux qui ont les systèmes de défense les plus combatifs.

  4. La culpabilité

    « Pourquoi moi? Je suis entièrement responsable! J’ai été incapable de rester en bonne santé! » De telles pensées empêchent d’imaginer la guérison et de mettre en place certaines actions. Là encore, ce blocage psychologique peut desservir le système immunitaire. 

Initialement publié par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 27/02/2012 - 18h11 et mis à jour par Isabelle Eustache, journaliste Santé le 27/02/2012 - 18h12
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Stress: c'est physique! Publié le 09/05/2011 - 15h52

Le stress est aujourd'hui l'ennemi numéro un de l'homme moderne. Néanmoins, à l'origine, il correspond à un mécanisme de défense de notre organisme destiné à lutter contre les agressions et à affronter les situations nouvelles... Alors, pourquoi nous...

Stress aigu ou chronique : il affecte votre santé Mis à jour le 09/05/2006 - 00h00

Notre vie professionnelle trépidante fait de plus en plus souvent mentir l'adage qui affirme que le travail c'est la santé. D'après une enquête européenne sur les conditions de travail réalisée en 2000, 28% des salariés européens considèrent que leur...

Belstress : une étude pour moins de stress Mis à jour le 08/10/2002 - 00h00

Le stress au travail génère 4 fois sur 10 de l'absentéisme. C'est d'autant plus vrai que les employés se sentent moins soutenus : les résultats d'une étude belge pourraient changer la face de l'organisation du travail chez nous…

Plus d'articles