PUBLICITÉ

Le déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité : une affection en mal de reconnaissance

Publié par Dr Catherine Feldman le 18/03/2003 - 00h00
-A +A

L'hyperactivité avec déficit de l'attention (HADA) est un problème comportemental qui tend en Belgique à être considéré comme un mal inventé par les Américains. Résultat, trop peu d'enfants bénéficient des traitements appropriés. Chez les adultes, l'affection est encore sous-estimée. Taxés par leur entourage d'être oublieux, distraits, désorganisés, agités ou impulsifs, ou encore considérés par les médecins comme des " anxio-dépressifs " chroniques ou des personnalités " limites ", ils souffrent surtout de ne pas être reconnus.

PUB

Chez l'enfant, le déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité a été au centre de nombreux travaux de recherche, ce qui a permis de mieux comprendre ce trouble et de mettre au point des traitements adaptés.

Au déficit de l'attention et à l'hyperactivité de l'enfant s'ajoute son impulsivité

Un enfant hyperactif est toujours agité, désordonné, il touche à tout, coupe la parole, etc. Lorsqu'il souffre d'un déficit de l'attention, c'est plus discret ; l'enfant paraît rêveur, il a du mal à se concentrer et à terminer les tâches qu'il commence, autrement dit l'enfant " zappe " d'une activité à une autre. Ses résultats scolaires en pâtissent grandement. Une impulsivité est toujours associée ; l'enfant répond à la question du maître avant qu'il n'ait fini de la poser, est parfois brutal dans les jeux avec ses camarades, etc. Les experts estiment que 3 à 6% des enfants d'âge scolaire entre 6 et 12 ans, des garcons en majorité, sont atteints de ce trouble.

Perturbation psychologique ou neurobiologique ?

L'HADA a souvent été mise sur le compte de perturbations psychologiques ou relationnelles, d'autant plus qu'aucune autre explication scientifique ne permettait de comprendre les comportements de ces enfants. Les progrès de la neurobiologie contribuent en partie à lever le mystère. L'HADA apparaît aujourd'hui comme étant surtout liée à un dysfonctionnement cérébral, lui-même secondaire à des perturbations des neurotransmetteurs (un manque de sérotonine et un excès de dopamine), petites substances secrétées en particulier au niveau du cerveau. Certains chercheurs évoquent aussi d'éventuelles anomalies au niveau du putamen, structure cérébrale impliquée dans la régulation du comportement. D'autres sont sur la piste de la prédisposition génétique. Dans tous les cas, l'origine de l'HADA est plurielle et ne saurait être réduite à un trouble psychologique.

Publié par Dr Catherine Feldman le 18/03/2003 - 00h00
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Divorce : comment en parler aux enfants ? Mis à jour le 20/01/2003 - 00h00

Echec d'un couple, le divorce est aussi une épreuve douloureuse pour les enfants. Pour ne pas envenimer une situation déjà délicate, des précautions s'imposent. Les conseils d'Elisabeth Martin-Lebrun, pédiatre.

La logique des nourrissons Mis à jour le 11/03/2002 - 00h00

Les enfants qui n'ont pas encore acquis le langage sont-ils capables d'un jugement rationnel ? La réponse est oui, si l'on en croit les résultats d'une récente étude européenne. Face à une situation donnée, l'enfant ne choisira pas forcement la métho...

Plus d'articles