PUBLICITÉ

Les dangers de l'hyponatrémie

Publié par Gilles Goetghebuer, journaliste santé le 10/10/2006 - 00h00
-A +A

Pour réussir un marathon, il faut certes boire. Mais attention à ne pas dépasser certaines limites.

PUB

Le marathon victime de son succès

Marathon de Boston, Avril 2002: Cynthia Lucero croyait bien faire en buvant quantités d'eau et de boissons énergétiques tout au long de cette épreuve à laquelle elle s'était inscrite sous les auspices de la lutte contre la leucémie, une cause qui lui tenait particulièrement à cŒur. Seulement voilà, 4 km avant la ligne d'arrivée, elle s'écroule et perd connaissance. Elle ne se réveillera jamais! Plus tard, l'autopsie attribua son décès à une grave hyponatrémie. La révélation d'un tel drame choqua la communauté des coureurs. L'hyponatrémie se caractérise en effet par une dilution excessive des taux de sodium sanguin consécutive à une absorption exagérée d'eau. S'ensuivent des dommages neurologiques qui peuvent dans les cas les plus graves se solder par la mort de la personne.

Dès 1985, certains spécialistes comme le physiologiste sud-africain Tim Noakes avaient pourtant mis en garde les sportifs contre les dangers de boire trop à l'effort. Mais peu de marathoniens étaient au courant. Au contraire. La plupart obéissaient et obéissent encore au dogme de boire le plus possible -quelques gorgées au moins à chaque ravitaillement- avec des conséquences parfois dramatiques. Car la disparition de Cynthia Lucero n'est pas un cas isolé. On note même une forte recrudescence des cas. Une étude récente révélait 13% de cas d'hyponatrémie à l'arrivée du marathon de Boston 2005. Les chercheurs se sont évidemment interrogés sur l'origine du phénomène et sur les moyens d'entraver cette surenchère. Il ressort de cette étude que la discipline du marathon est quelque peu victime de son succès. De nombreux novices s'inscrivent pour un premier marathon, parfois dans le cadre d'une quête personnelle, parfois pour soutenir une cause humanitaire, sans expérience de ce genre d'effort et sans nourrir aucune ambition chronométrique. C'est là que le bât blesse. Sur de nombreux marathons, on constate aujourd'hui une augmentation des temps moyens de course, de l'ordre de quatre, cinq, six heures ou plus. D'autres phénomènes s'ajoutent au premier. Elévation du nombre de participants, de sponsors et, par conséquent, des postes de ravitaillement. Sur certains parcours, il y a possibilité de boire tous les 200 mètres. Un coureur non averti saisira toutes ces opportunités. Avec le risque de trop boire pendant trop longtemps.

Ne délaissez pas le sel

Méfiance donc aux premiers symptômes d'hyponatrémie: gonflement au niveau des mains, nausée, vertige et sentiment de confusion. Dans ces cas-là, il importe de s'arrêter et de manger des aliments salés. Pour éviter d'en arriver là, pensez à boire, certes, mais sans dépasser les quantités de sueur perdue. Les spécialistes insistent aussi sur l'importance de choisir des boissons légèrement salées.

Publié par Gilles Goetghebuer, journaliste santé le 10/10/2006 - 00h00 Hyponatremia in marathon runners, New England Journal of Medicine 2005; 353: 427-428, Juillet 2005
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Marathon : boire avec modération Mis à jour le 03/05/2005 - 00h00

Au cours des vingt dernières années, la popularité du marathon s'est grandement accrue. Mais avec ses 42 km, cette course est très éprouvante. Traditionnellement, on recommande aux athlètes de tous niveaux de boire abondamment durant la course afin d...

Conseils alimentaires pour gagner un marathon Mis à jour le 26/04/2010 - 00h00

La préparation sportive n'est pas la seule nécessaire pour parcourir les 40 km imposés par le marathon . Elle est aussi nutritionnelle. Voici quelques conseils alimentaires à mettre en pratique lors de l'entraînement, avant, pendant et après votre co...

Prêt pour la course à pied ? Testez-vous en 10 étapes Mis à jour le 15/09/2016 - 17h21

Vous êtes décidé : vous relevez le défi des 20 km de Bruxelles. Mais pour faire partie des milliers de Belges qui pratiquent la course à pied ou " footing " au moins quatre heures par semaine et suivent un véritable entraînement , il faut d’abord tes...

Plus d'articles