Comment aider les femmes à arrêter de fumer ?

Mise à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 02/07/2015 - 13h48
-A +A

Les femmes fument aujourd’hui pratiquement autant que les hommes. Mais leur rapport au tabac n’est pas toujours le même. Y a-t-il des méthodes qui seront plus efficaces pour les aider à arrêter de fumer ?

PUB

Pourquoi faut-il aider les femmes à arrêter de fumer ?

Les femmes et les hommes fument à peu près dans les mêmes proportions à l’heure actuelle : 20% des femmes fument, contre 26% des hommes, alors que pendant longtemps la cigarette a été très majoritairement masculine. La fumée est aussi néfaste pour les hommes que pour les femmes, bien sûr, mais aider les femmes à arrêter est particulièrement important parce qu’une femme qui arrête de fumer, c’est potentiellement une mère qui ne fumera pas, et donc un ou des enfants qui ne seront pas (ou moins, selon le comportement du père) exposés à la cigarette pendant la grossesse, pendant l’allaitement et de manière générale au domicile. C’est pourquoi de nombreux travaux se sont penchés sur l’influence du genre sur le tabagisme.

Femmes et hommes : peu de différences dans le sevrage tabagique

Malheureusement, la grande majorité de ces travaux ne sont pas très fiables, souvent menés sur très peu de personnes. Si l’on entend souvent dire qu’il est plus difficile pour les femmes d’arrêter de fumer, une grande étude de 2011 semble indiquer que la différence entre les genres n’est pas énorme. Avant l’âge de 50 ans, il y a plus de femmes qui ont arrêté de fumer, alors qu’après 50 ans  la tendance s’inverse. Dans l’ensemble cependant, les hommes ne semblent pas avoir le sevrage plus facile, ou pas beaucoup.

Du côté de Tabacstop, le service gratuit promu sur tous les paquets de cigarettes, on constate qu’il y a autant d’hommes que de femmes qui font appel au service. Les femmes sont un peu plus susceptibles de faire appel au système de coaching personnalisé (58% des participantes sont des femmes), tandis que les hommes téléphonent un peu plus volontiers de manière spontanée, mais ce sont des tendances discrètes. Il y a bien des différences entre hommes et femmes qui sont constatées par les tabacologues, mais elles ne sont pas objectivées par des études. Ainsi, les femmes auraient plus tendance à arrêter petit à petit, et ressentiraient plus fortement (ou exprimeraient plus volontiers) les sautes d’humeur liées à l’arrêt.

La différence la plus marquante entre hommes et femmes, c’est que ces dernières sont en moyenne plus préoccupées par la prise de poids qui peut parfois être consécutive à l’arrêt du tabac. Chez les adolescentes, certains pensent même qu’il existe une tendance à fumer pour perdre du poids ou ne pas en prendre, ce qui est évidemment très préoccupant.

Initialement publié par Marion Garteiser, journaliste santé le 02/07/2015 - 13h48 et mis à jour par Marion Garteiser, journaliste santé le 02/07/2015 - 13h48

Régine Colot, Psychologue et tabacologue chez Tabacstop (Fondation contre le cancer)
Jarvis, MJ et al., Tob Control doi:10.1136/tobaccocontrol-2011-050279.
Enquête de santé par interview, 2013.

Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUB
A lire aussi
Arrêter de fumer : tous les bénéfices ! Publié le 28/05/2015 - 16h48

Arrêter de fumer, c'est important pour la santé... Mais pas seulement ! Voici un petit rappel de tous les bénéfices que vous ressentirez si vous réussissez à vous passer de cigarettes. Se délivrer du tabac, c'est toujours le meilleur des gestes, à to...

Tabagisme passif : politiquement incorrect Mis à jour le 18/07/2006 - 00h00

Le tabagisme passif diminue, montrant une plus large prise de conscience de ses effets néfastes. La proportion des victimes de la fumée des autres accuse une baisse de 40%. Quant au nombre des fumeurs, il y en aurait 15% de moins dans les pays dévelo...

Plus d'articles