PUBLICITÉ

La colère, comment la rendre constructive?

Publié par Dr Catherine Solano, adapté par C. De Kock, journaliste santé le 10/05/2005 - 00h00
-A +A

À certains moments de la vie, il est naturel de ressentir de la colère. Il existe alors deux manières fréquentes de réagir. Soit on accepte cette colère et on la laisse exploser, on devient alors violent, agressif. Soit on n'accepte pas sa colère. On peut alors la nier totalement, la transformer en culpabilité, en hyperactivité (je préfère aller laver ma voiture), en fuite (je vais faire le tour du pâté de maison et ca ira mieux), en victimisation (tu m'en veux), voire en somatisation (ma colère rentrée me crée une maladie physique)…

PUB

Si la colère est parfois inévitable, la manière de la gérer peut évoluer ! On peut, en travaillant, accepter sa colère et s'en servir comme d'une énergie utile, et non plus destructrice envers soi ou envers l'autre. Pour cela, il faut :

  • oser la reconnaître. Tout le monde a le droit d'être en colère. Ce qui est interdit, c'est la violence. Et ce sont deux choses totalement différentes,
  • oser en parler avant qu'elle ne monte trop haut. En effet, on peut se retenir un peu, mais si la colère monte encore, elle risque d'exploser subitement !
  • savoir fuir, non pour tourner la page, mais pour revenir en étant capable d'en parler sans violence envers l'autre.

Et pour ceux qui ont du mal à reconnaître leur colère :

  • l'identifier, ne plus dire " Moi, je ne suis jamais en colère ", car je ne suis peut-être jamais violent, mais intérieurement, ma colère peut être très présente !
  • s'entraîner à exprimer sa colère avec des mots : dire " Je suis en colère "… et c'est souvent difficile au début quand on se considère comme un grand calme !

Et pour tous, il est bon d'apprendre à dire sa colère sans agresser l'autre. Cela revient à parler de son ressenti : " Je me sens en colère car pour moi, c'est difficile d'attendre un coup de téléphone qu'on m'a promis depuis des heures ". Et puis, exprimer des besoins : " Pour me sentir bien, j'ai besoin d'être tenu au courant de ce qui se passe… " Ainsi, on exprime ses émotions et l'on donne à l'autre des pistes pour que la situation qui a déclenché cette colère ne se reproduise pas.

Finalement, la colère est une émotion inévitable sur laquelle nous avons tous beaucoup à apprendre pour la rendre constructive au lieu d'être destructrice !

Abonnez-vous gratuitement à la newsletter e-santé !

Publié par Dr Catherine Solano, adapté par C. De Kock, journaliste santé le 10/05/2005 - 00h00
Notez cet article
Vous devez être connecté à votre compte E-Santé afin de laisser un commentaire
PUBLICITÉ
A lire aussi
Agir sur vos émotions, c'est possible... Mis à jour le 28/12/2004 - 00h00

Je suis amoureux, je suis triste, je suis en colère, je suis ému… Les émotions que vous ressentez semblent venir sans avoir été recherchées. Elles peuvent surprendre, gêner, bloquer, qu'elles soient très agréables ou, au contraire, extrêmement négati...

La colère : une émotion interdite ? Mis à jour le 13/05/2003 - 00h00

La colère fait partie de la palette des principales émotions, au même titre que la peur, la surprise, le plaisir, la tristesse, etc. Néanmoins, elle a une particularité. Celui (ou celle) qui exprime sa colère, " le colérique ", est réprouvé(e) et on...

Émotions négatives, comment les arrêter ? Publié le 01/08/2016 - 15h17

Peur, colère, tristesse, déception, toutes sortes d'émotions négatives nous envahissent par moment par vagues, mais aussi parfois pour plus longtemps. Ces émotions négatives peuvent alors nous gâcher la vie. La dépression, par exemple, est un cas où...

Plus d'articles